Retour

Des repas mieux équilibrés et souvent sans viande dans les CPE de la région

Les Centres de la petite enfance (CPE) de Abitibi-Témiscamingue ont entrepris une démarche pour améliorer les menus offerts aux enfants. Depuis plusieurs mois, les CPE offrent des menus plus équilibrés et ils ont augmenté le nombre de repas sans viande.

Un reportage de Sandra Ataman

Pour certains CPE, le coût élevé du boeuf a un effet sur le budget alloué aux repas. C'est notamment le cas de la Vallée des loupiots à Val-d'Or. Sur l'heure du dîner, les enfants mangent un repas concocté par la cuisinière Julie Belley. « Ce midi, c'est un pâté chinois vitaminé qu'on appelle, parce qu'il est [fait] avec des lentilles », dit-elle. 

Une formule qui plaît à tous

« Est-ce que c'est bon les amis? », demande l'éducatrice avant d'obtenir un « oui » en coeur et de remercier la cuisinière Julie, qui se tourne dorénavant plus souvent vers le poisson, le tofu et autres légumineuses. Elle va même jusqu'à servir une tarte aux épinards et au tofu et une pizza au thon.

La formule séduit aussi les parents. « Ça me satisfait beaucoup parce que j'aime ça que mes enfants mangent bien, laisse tomber Jenny Dubois, qui a deux enfants à la Vallée des loupiots. Je trouve que c'est une bonne chose à leur inculquer pour leur vie d'adulte. »

Des repas plus économiques...

Le budget alloué aux repas pour les deux installations du CPE s'élève à 72 000 dollars par année, pour environ 125 enfants.

« On donnait beaucoup trop de portions de viande aux enfants selon ce que le guide alimentaire canadien nous suggérait, précise la directrice-générale Brigit Larouche, qui précise que le CPE dispose maintenant d'un menu d'hiver et d'un menu d'été, tous deux vérifiés par une nutritionniste. Puis aussi on a commencé à tendre un peu plus vers des repas végétariens, on en offre à peu près deux par semaine. Ce qu'on fait c'est qu'on a augmenté la quantité de légumes. »

...et mieux équilibrés

Cette démarche est régionale affirme la présidente du Regroupement des Centres de la petite enfance Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, Manon Barbe. « Moi je pense que c'est beaucoup plus une belle occasion pour transformer les menus, changer les vieilles moeurs [voulant qu'on] a besoin de plein de viande dans une semaine. On passe au tofu, aux légumineuses, aux poissons et autres », énumère-t-elle.

Elle ajoute que les enfants aiment d'emblée tous les aliments, qu'il suffit de bien leur présenter.

En complément, écoutez l'entrevue avec la nutritionniste Roxanne Bertrand sur la pertinence d'enrichir les repas des enfants avec du tofu et des légumes : 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine