Retour

Des villes ontariennes envisagent une taxe hôtelière

Prendre des vacances en Ontario pourrait coûter plus cher cette année. Plusieurs villes sont en voie d'adopter une taxe hôtelière de 4 %.

Un texte de Stéphany Laperrière

Cet automne, l'Ontario a adopté un règlement qui donne le droit aux municipalités de prélever une taxe hôtelière, à condition de partager les revenus générés avec un organisme touristique régional.

Toronto a récemment décidé d'imposer une taxe de 4 % sur toute nuitée à l'hôtel ou dans un gîte, incluant Airbnb.

Le Grand Sudbury songe à lui emboiter le pas.

Inquiétudes

Damian Byrne, le copropriétaire du Woodfield Bed and Breakfast à London croit que l'imposition d'une taxe hôtelière pourrait rebuter des clients potentiels.

« Ca pourrait être la goûte qui fait déborder le vase », dit-il.

London est en effet une autre ville ontarienne qui envisage une telle taxe.

Gestion des revenus

Le directeur général de l'organisme Tourisme Nord-Est de l'Ontario croit qu'une taxe hôtelière peut encourager le tourisme, à condition que les revenus soient utilisés à bon escient.

« [Ça peut aider à] bonifier les festivals, à amener des évènements sportifs... ce qui augmente la valeur des établissements hôteliers », dit-il.

Il ajoute que les touristes continuent de se rendre à New York, à Las Vegas et à Niagara Falls, même si ces villes leur imposent des taxes.

London et Sudbury attendent une proposition détaillée des fonctionnaires municipaux, mais une taxe hôtelière pourrait entrer en vigueur dès cet été dans les deux villes, à condition qu'elle soit approuvée par les conseils municipaux.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine