Retour

Deux Abitibiennes cherchent des clowns à travers le monde

Les instigatrices de l'événement Nez à nez - rencontre du clown comme intervenant social sont présentement en Amérique du Sud pour relancer l'initiative mise en veilleuse au milieu des années 2000.

Rosalie Chartier-Lacombe et Caroline Lemire sont présentement en séjour exploratoire pour préparer le prochain événement qui doit avoir lieu en février 2018. L'objectif est d'amener une trentaine de clowns qui interviennent dans les hôpitaux ou en contexte de guerre pour réfléchir sur les bienfaits de la thérapie par le rire.

En plus de l'intervention dans la communauté, de spectacles et de conférences, l'événement devrait aussi présenter un volet formation pour le personnel de la santé, explique Rosalie Chartier-Lacombe jointe en Argentine.

« L'idée, c'est de professionnaliser les clowns, leur donner de plus en plus d'outils. Pour certains c'est seulement s'initier au personnage du clown, donc il y a des formations qui s'adressent vraiment juste aux gens du système de santé. Dans le fond, c'est de rassembler cette pratique d'innovation sociale. Le clown, c'est le reflet un peu de l'humanité, donc il arrive à intervenir dans des situations où les gens sont vraiment en situation de vulnérabilité ».

En plus de la mission au Chili et en Argentine, Nez à nez a aussi fait des séjours exploratoires en France, en Espagne, et au Brésil. L'équipe espère recruter une trentaine de clowns pour son événement de l'an prochain.

Plus d'articles