Deux Matagamiens, Serge Gauthier et Mario Sayeur, se sont illustrés lors d'une compétition de dynamophilie qui se tenait la fin de semaine dernière à Guelph, en Ontario.

La dynamophilie, discipline mieux connue sous l’appellation powerlifting, est un sport qui se rapproche de l’haltérophilie, mais qui met en valeur trois mouvements : la flexion sur jambe (squat), le développement couché (bench press) et le soulevé de terre (deadlift). Les participants aux compétitions de powerlifting ont droit à trois essais par épreuve et remportent plus de points en fonction du poids de la charge.

Néophytes et motivésSerge Gauthier et Mario Sayeur n’ont jamais fait d’haltérophilie ou de culturisme et ont commencé assez récemment à s’adonner à ce sport.« C’était d’abord une question de se remettre en forme et de garder une motivation pour continuer ça. J’avais déjà fait de la compétition par le passé et je m’y suis remis en 2014, où j’ai fait une première compétition en dynamophilie », explique-t-il.

Serge Gauthier a approché Mario Sayeur afin qu’il se joigne à sa pratique. « Je savais qu’il avait un certain potentiel », soutient-t-il. N’ayant jamais fait d’haltérophilie ou de body building, Mario Sayeur a finalement amorcé l’entraînement il y a environ 10 mois.

« On a deux gabarits complètement différents, mais on performe assez bien dans chacune de nos catégories », raconte Mario Sayeur.PerformancesLes deux hommes s’entraînent cinq jours par semaine. Ils se consacrent spécifiquement aux épreuves de compétitions pendant quatre jours et la dernière journée sert à tenir la forme complète du corps.La semaine dernière à Guelph, en Ontario, les deux hommes ont su se démarquer. « J’ai battu quatre records personnels, en plus d’améliorer les records provinciaux », précise Serge Gauthier, troisième de sa catégorie au Canada.

Pour sa part, Mario Sayeur possédait d’emblée les records provinciaux de sa catégorie. « J’ai donc amélioré mes propres performances », admet celui qui peut lever plus de 600 lbs.L’épreuve de Guelph était un passage obligatoire pour obtenir l’accès au championnat canadien qui se déroulera en mars, à Jonquière. Si les deux hommes performent bien, ils pourraient aller championnat mondiaux à Minsk, en Biélorussie, en juin prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine