Retour

Difficile de doter la réserve faunique La Vérendrye de bornes de recharge rapide

La mise en place de bornes électriques de recharge rapide dans la réserve faunique La Vérendrye pose plusieurs défis notamment de distance.

L'Association des véhicules électriques du Québec croit que cela pourrait être une entrave aux utilisateurs des véhicules électriques dans la région.

Dans une entrevue hier de l'émission Région Zéro 8, le directeur régional de l'Association, Alexandre Mercier, mentionne qu'il y a plusieurs difficultés à résoudre afin de relier le réseau de bornes électriques de l'Abitibi-Témiscamingue au reste du Québec.

« Il y a une borne électrique à Val-d'Or, il va y en avoir bientôt une à Mont-Laurier, il va rester 290 km entre les deux. La difficulté, c'est que sur une partie de ses 290 km là, il n'y a même pas d'électricité, et quand il y a de l'électricité, c'est de l'électricité monophasée, comme on en a dans nos maisons, et pour les bornes de charge rapide, il faut de l'électricité triphasée, plus comme les commerces. Le défi d'avoir la bonne électricité est d'avoir un partenaire privé qui souhaite avoir la borne dans son commerce », a expliqué Alexandre Mercier.

Malgré ces difficultés, l'Association a remarqué une augmentation du nombre de propriétaires de véhicules électriques dans la région.

« Certaines personnes de mes connaissances ont été fermées à l'idée il y a un an ou deux, là elles sont ouvertes, parce que là, elles comptent un peu plus, elles sont conscientes, le coût d'essence que ça leur coûte de rouler, et les concessionnaires nous le disent aussi, qu'ils ont une demande qui est grandissante, eux aussi, ils y a le côté qu'ils ont de la misère à avoir des voitures », a expliqué Alexandre Mercier.

Le 26 octobre, Québec a adopté la loi « zéro émission » pour forcer la transition vers les véhicules électriques.

Plus d'articles