Retour

Difficile de recruter des préposés aux bénéficiaires en Abitibi-Témiscamingue

L'annonce faite par Québec à propos d'un investissement de 36 millions de dollars pour embaucher 600 préposés aux bénéficiaires dans les Centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) est bien reçue en Abitibi-Témiscamingue, où il est difficile de recruter du personnel.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

L'objectif du ministre de la Santé Gaétan Barrette est entre autres d'offrir un deuxième bain par semaine aux résidents qui en feront la demande.Mais dans la région, l'objectif est surtout de pourvoir des postes vacants qui ne trouvent pas preneurs.Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue reconnaît qu'il est difficile de recruter des préposés aux bénéficiaires.Le Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec (CSN) évalue les besoins à environ 80 nouveaux préposés dans la MRC de l'Abitibi.Pour toute l'Abitibi-Témiscamingue, ce chiffre pourrait grimper à 400, selon le président par intérim du syndicat.Donald Rheault rappelle qu'à plusieurs reprises, la CSN a tenté de tirer la sonnette d'alarme sur cette problématique.« Les gens font souvent du temps supplémentaire parce qu'il y a une rareté de personnel, sont appelés à être présents encore plus sur le milieu de travail, puis ça a un effet néfaste compte tenu des conditions d'exercice de ces gens-là. Souvent, ils ne sont plus capables de faire la tâche alors ils se retirent du milieu de travail parce qu'ils n'en peuvent plus », explique M. Rheault.Valoriser la professionCette situation de rareté, le Centre de formation Harricana en connait un bout puisqu'il reçoit constamment les besoins des employés.Le Centre offre cette formation à Amos, Rouyn-Noranda, Val-d'Or et à Macamic.Cette année, 49 élèves suivent cette formation, un chiffre en baisse par rapport à l'année dernière, notamment en raison d'un taux de chômage très bas.La directrice adjointe, Manon Périgny, croit que l'annonce de Québec va amener plus de jeunes à suivre cette formation.

Selon Mme Périgny, le fait d'entendre qu'il y aura plus d'emplois va créer un « effet boule de neige » et créer un engouement pour la profession.Le Centre va entamer une tournée des secteurs de l'Abitibi-Témiscamingue pour inciter les jeunes à aller suivre cette formation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine