Retour

Difficile de trouver des légumes pour la Route du terroir de La Motte

Remplir son kiosque de légumes s'est avéré une tâche difficile pour certains exposants de la Route du terroir, qui se déroulait samedi à La Motte. Les pluies abondantes et le peu d'ensoleillement de cet été ont ralenti la production maraîchère dans les champs de l'Abitibi-Témiscamingue. Des producteurs ont donc été contraints d'offrir une moins grande variété de légumes.

Un reportage de Guillaume Rivest

Daniel Landry, de Lebel-sur-Quévillon, a un kiosque de légume chaque année lors de la Route du terroir de La Motte.

Cette année, il ne peut offrir une aussi grande variété. « Ce n'est pas une bonne année. Il a trop mouillé et il n'a pas fait assez soleil. On n'a pas tous les légumes. On va les chercher au marché Jean-Talon et ils n'avaient pas tout ce qu'on voulait », raconte l'exposant.

Selon le copropriétaire de la Néoferme d'la Turlute, de La Motte, Luc Castonguay, la température a nui à certaines variétés de légumes.

« La verdure va bien parce que ce type de plantes aime le froid. Toutefois, les concombres, les courgettes et les courges, eux, ils ont énormément de misère, parce que c'est trop froid la nuit. Les tomates ne rougissent pas vite dans la serre, parce qu'on a un gros manque de soleil. Puis, il y a trop d'eau dans le champ, donc les racines deviennent paresseuses », énumère-t-il.

La députée pour la circonscription de l'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, a fait une tournée des marchés publics durant l'été. Bien qu'elle juge la saison plus difficile, elle estime toutefois que les producteurs maraichers ont quelque chose à offrir aux consommateurs.

« Ce n'est pas catastrophique. On réussit quand même à avoir un peu de tout. Peut-être que certaines choses ne sont pas présentes en aussi grande quantité, mais il reste qu'on est quand même capable d'avoir de tout. Quelques fois, aussi, c'est la saison qui est un peu décalée. Donc, ce qu'on avait prévu avoir au début août, on l'a à la fin août », mentionne-t-elle.

Christine Moore précise que l'agriculture de proximité connaît un véritable essor en Abitibi-Témiscamingue.

Plus d'articles

Commentaires