Retour

Économie régionale en 2016 : exploration minière, développement manufacturier... et stabilité?

Comment l'économie de l'Abitibi-Témiscamingue se portera-t-elle en 2016? Selon Jean-Claude Loranger et Marcel Jolicoeur, à la tête respectivement de la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda et de Val-d'Or, le développement de l'exploration minière sera au centre des préoccupations économiques, tout comme le développement du secteur manufacturier. Mais pourra-t-on s'attendre une stabilité?

Un virage manufacturier en 2016?

Jean-Claude Loranger, président de la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda, croit essentiel que la région arrive à prendre un virage manufacturier. Pour ce faire, « il faudrait que les subventions gouvernementales soient présentes, plaide-t-il. On a réussi au cours des dernières années à faire un beau virage, on a créé des entreprises manufacturières, mais, maintenant, la fiscalité pour les entreprises manufacturières, elle n'est pas là. »

Sans ce virage manufacturier, Jean-Claude Loranger ne voit pas d'un bon œil l'avenir économique de la région.

Exploration minière et Plan Nord

Pour stimuler l'industrie minière, une accélération du financement de l'exploration dans la région serait nécessaire. « On le voit déjà, l'exploration se fait plus dans le nord, [c'est] plus dispendieux, plus coûteux », constate le président de la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda.

Marcel Jolicoeur, président de la Chambre de commerce de Val-d'Or, tient un plaidoyer semblable. « Je pense que les minières qui sont là vont très bien. C'est les nouveaux gisements, les nouvelles mines qui vont sortir [...] L'exploration minière, l'argent n'est pas là, mais si ça vient, ça va aider à l'économie régionale », croit-il.

L'exportation des équipements, de la main-d'œuvre et du savoir-faire dans le domaine de l'industrie minière fait aussi partie des solutions pour garder l'économie locale vigoureuse, croit M. Jolicoeur.

Mobilisation régionale pour attirer des entreprises

M. Loranger pense que la région devra tenter de charmer de petites entreprises manufacturières, plutôt que les grandes. Marcel Jolicoeur ajoute que pour attirer ces entreprises, les acteurs économiques de la région doivent s'unir.

2016, une année de stabilité?

Jean-Claude Loranger croit que 2016 sera une année de stabilité économique en général, notamment grâce à l'industrie minière qui devrait se maintenir. Mais, selon lui, certains secteurs, notamment celui de la consommation, pourrait souffrir. « Il faut que les consommateurs continuent d'avoir confiance dans l'économie. C'est certain qu'avec la baisse du dollar canadien, l'économie de consommation comme tel, le loisir, la restauration, ça va être un peu plus difficile. Faut que les gens s'attendent à ça », soutient-il.

Plus d'articles

Commentaires