Retour

Économie sociale : Jean-Martin Aussant en Abitibi-Témiscamingue pour stimuler la réflexion

À l'occasion du Mois de l'économie sociale, Jean-Martin Aussant est de passage en Abitibi-Témiscamingue en tant que directeur général du Chantier de l'économie sociale pour discuter des modèles de développement économique au Québec. Il était l'invité de l'émission Des matins en or jeudi.

Un article de Félix B. Desfossés

L'ancien député péquiste de Nicolet-Yamaska, fondateur du parti Option nationale et membre du collectif Faut qu'on se parle, présente le Chantier de l'économie sociale comme un « réseau de réseaux » qui regroupe de nombreuses entreprises collectives. « J'aime bien parler d'entrepreneuriat collectif plutôt que d'économie sociale parce qu'on dirait que les gens attribuent un aspect péjoratif à l'économie sociale. Ils ont l'impression que c'est un développement économique de seconde zone, alors que c'est du développement économique en bonne et due forme qui est sous forme collective donc, coopératif ou [organisme à but non lucratif] », met-il au clair.

M. Aussant souligne que ce mode de développement économique peut être applicable à tous les secteurs de l'économie. En Abitibi-Témiscamingue, il cite l'habitation, les CPE, le tourisme, les festivals culturels comme secteurs où l'économie sociale est florissante, tout comme dans le domaine des ressources naturelles où plusieurs coopératives sont en activité.

Tout au long du mois de novembre, le Chantier de l'économie sociale sera en tournée au Québec avec l'objectif de « réfléchir avec les gens de partout ». « Comment peut-on transformer le modèle économique de développement ?, demande Jean-Martin Aussant, parce que le modèle économique actuel dans le monde, celui qui est dominant, mène à des disparités de richesse vraiment inacceptables. C'est officiel depuis 2015 que le 1 % possède plus que le 99 % et ça, c'est évidemment intenable. »

Le Chantier de l'économie sociale ne souhaite pas mettre le privé de côté. On veut plutôt « s'assurer que le privé ne prenne pas toute la place ». « On voit la société comme étant composée de trois grands piliers : le gouvernement, le secteur privé et le secteur collectif », explique M. Aussant. Entre ces piliers, un équilibre est à établir.

L'homme politique et spécialiste de la question économique dit d'ailleurs sentir que le vent tourne. Selon ses observations, les jeunes qui sortent des écoles de gestion ont souvent l'idée de lancer des entreprises collectives. « Ils ont l'avantage de voir les dégâts d'un modèle dans lequel ils ont grandi [...] et ça les incite à développer différemment l'économie », analyse-t-il.

Le directeur général du Chantier de l'économie sociale sera à La Sarre pour un diner-conférence à la Chambre de commerce et d'industrie d'Abitibi-Ouest jeudi, il animera une causerie avec les étudiants et la jeune relève à 16 h à l'UQAT à Rouyn-Noranda, donnera une conférence à 19 h 30 au Petit théâtre du Vieux Noranda et terminera sa tournée régionale avec un diner-conférence et atelier du Pôle d'économie sociale d'Abitibi-Témiscamingue vendredi à l'Agora des arts.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?