Retour

Gold, prochain long métrage d'Éric Morin tourné à Rouyn-Noranda cet automne

Le réalisateur Éric Morin tournera en partie son deuxième long métrage à Rouyn-Noranda cet automne : Gold vient de recevoir un financement de Téléfilm Canada pour le projet dont le budget est évalué à 1,5 million de dollars.

Un article d'Émilie Parent-Bouchard

Le réalisateur de Rouyn-Noranda parle d'une « nouvelle extraordinaire », qui vient confirmer que le tournage de ce film sur lequel il travaille depuis près de 4 ans, pourra s'effectuer sans trop de compromis. Joint à Montréal juste avant la tenue d'une réunion de production, il ajoute que des artisans du cinéma de la région devraient participer au projet — comme l'avait fait le comédien Alexandre Castonguay pour Chasse au Godard d'Abbittibi.

« C'est une super nouvelle parce que c'est un financement qui vient compléter d'autres financements et ce sont des projets qui sont vraiment de longue haleine, c'est comme faire un marathon de faire un long métrage, indique-t-il, précisant qu'il ne peut encore se prononcer sur les têtes d'affiche du long métrage de fiction, mais qu'il devrait être en mesure de le faire « très, très bientôt ».

Décor de petite ville minière en région éloignée

La réalité de la « petite ville minière en région éloignée » fera aussi partie du film, poursuit Éric Morin, même si cette ville sera fictive ne pourra être identifiée, contrairement à Chasse au Godard d'Abbittibbi dont l'intrigue s'inspirait d'un fait historique, à savoir le passage du mythique cinéaste français Jean-Luc Godard en Abitibi-Témiscamingue.

« C'est plutôt un amalgame de mes impressions ou de mon passé et de ma nostalgie par rapport à l'Abitibi, mais c'est surtout d'utiliser une réalité régionale qui pourrait ressembler à plein d'autres situations ailleurs dans le monde, nuance le réalisateur. »

L'automne comme personnage cinématographique

Gold raconte le parcours de Marianne, une musicienne qui revient dans sa ville natale après une carrière en Europe. Ce retour aux sources survient 10 ans après qu'une catastrophe minière ait fait 68 morts, dont ses parents, et ravive ainsi de douloureux souvenirs.

« Gold, c'est le nom du band, précise Éric Morin. C'est une histoire qui se passe autour d'un groupe de musique qui s'appelle Gold, mais c'est aussi pour jouer avec toute la métaphore de ''à qui appartient tout cet or-là''. Et bien sûr, l'or en Abitibi comme dans bien des régions est un peu partout et c'est un peu la trame sous-jacente de nos vies et j'ai voulu aussi l'exploiter de façon visuelle et artistique. »

Le cinéaste explique que plusieurs scènes extérieures devraient ainsi être campées dans le décor abitibien cet automne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine