Retour

Encourager les formations d'autodéfense pour contrer les agressions

Les Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de la région organisaient des activités vendredi dans le cadre de la Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes. Au Témiscamingue, une soirée d'information sur la culture du viol et l'autodéfense est organisée à l'École St-Gabriel de Ville-Marie, à 18 h.

Un texte de Tanya NeveuSelon un sondage effectué en 2015 par le CALACS du Témiscamingue, une femme sur trois a déjà été victime d'agressions à caractère sexuel.Ambroyse Lycke pratique pour sa part les arts martiaux depuis 25 ans. Il offre des formations d'autodéfense.Selon lui, la première étape à suivre pour une victime, c'est de garder son sang-froid.

Une autre façon de faire fuir son agresseur est de crier.« C'est un cri qui vient de nos tripes et qui va mettre une barrière. Ça va aussi permettre de canaliser notre énergie d'avoir un effet de défense et de surprise auprès d'un agresseur qui serait plus fort que nous », explique-t-il.C'est par la suite que les mouvements de défense physiques entrent en jeu, explique Ambroyse Lycke.« On ne fera pas un combat avec la personne. On va se déprendre et aller chercher du secours », soutient M. Lycke.

Différentes formes d’agressionsSelon la travailleuse au CALACS du Témiscamingue, Mireille Prieur, les agressions à caractère sexuel peuvent prendre de multiples formes.

Seulement 10% des personnes agressées dénoncent leur agresseur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine