Le premier rodéo professionnel de La Sarre, en Abitibi-Ouest, suscite beaucoup d'engouement. Tous les billets pour assister à l'événement qui s'amorce cette fin de semaine ont rapidement trouvé preneurs.

D'après une entrevue de David ChabotLe président du Rodéo professionnel d'Abitibi-Ouest, Guillaume Dallaire, explique que la première série de billets a été vendue rapidement.« On a 3000 places de vendues, depuis longtemps. Là-dessus, on a vendu 2000 billets en deux heures. On a donc ajouté 1200 places par la suite qui se sont vendues en une à deux semaines. C’est sold-out, tout le monde se cherche des billets. Il n’y a pas une journée où je ne vois pas, sur Facebook, quelqu’un qui se cherche un billet », admet-il.M. Dallaire explique que de nombreuses activités gratuites sont au programme de l'événement.« La seule chose payante avec la passe pour le rodéo, c’est le rodéo, insiste M. Dallaire. Tout le reste qui se passe sur le site, que ce soit le gymkhana avec les chevaux, les spectacles, tels que celui avec Paul Daraîche, la mini-ferme, les jeux gonflables », assure-t-il.Les rodéos du Québec pourront continuerUne demande d'injonction visant à interdire la tenue d'un rodéo professionnel lors du 375e de Montréal avait soulevé des inquiétudes en Abitibi-Témiscamingue. À l'origine de cette injonction, le professeur de droit de l'Université de Montréal, Alain Roy. Cette injonction a été levée mercredi.« C’est un très gros soulagement, dit M. Dallaire, et pour tous les organisateurs de rodéos au Québec. On était tous un peu découragés de l’avenir des rodéos au Québec. Si on pense à notre rodéo, qui est le 9 juin, on était correct. Mais c’était supposé se régler le 16 juin donc tout le monde était dans l’incertitude. Cette injonction étant levée, tout le monde est soulagé. Je lisais dans les médias qu’ils vont aller voir comment ça se passe à l’arrière-scène des rodéos et ils vont se rendre compte qu’un taureau pis cheval sauvage c’est loin de travailler fort », soutient-il.

Plus d'articles

Commentaires