Retour

Entre folk et fête, Élixir de Gumbo lance Le beau piège

L'auteur-compositeur-interprète abitibien Dylan Perron mettra au monde un nouvel album sous étiquette 117 records le 5 novembre prochain. Le beau piège est le titre de cette œuvre, lancée par son groupe Élixir de Gumbo. Celui qui avait habitué son public à une musique bluegrass et folk festive fait ici place à une nouvelle sensibilité pour la chanson et les arrangements orchestraux.

Un article de Félix B. Desfossés

Une suite en douceur

Le beau piège est un album en deux temps. Réfléchit comme un 33 tours, avec sa face A et sa face B, le disque débute sur une suite de neuf chansons douces, nostalgiques, tricotées avec des mailles qui s'enfilent en boucle. « Le but c'est quand même que chaque tableau soit capable de vivre seul, d'être entendu seul et qu'il ait un sens, mais c'est sûr que si tu le mets en contexte ou en lien avec toutes les autres, c'est vraiment plus tous les tableaux d'une grande chanson, d'un grand fil narratif », affirme l'artiste.

Le cadre de ce tableau pourrait être la vitre baissée d'une vieille bagnole qui avance lentement sur un rang de campagne. « Les imageries utilisées sont souvent animales, ça parle des éléments, des trucs comme ça. C'est sûr que ce n'est pas du béton de la ville que viennent les imageries et, si on veut, l'essence du propos de l'album », dit-il.

Wâwâte, pièce qui donne le coup d'envoi à l'album et qui est dévoilée aujourd'hui en tant que deuxième extrait, représente très bien cette première partie du trajet.

Au détour de ce chemin de terre : un arbre. C'est là que se termine la « face A » de l'album. « Ça fini à la dixième pièce qui est comme le trait d'union, avec J'ai planté un chêne de Vigneault », explique Dylan Perron.

Gang de rang

À partir de là, c'est en VTT, plein gaz, qu'on reprend la route. On retrouve le bluegrass fêtard et déjanté d'Élixir de Gumbo sur la deuxième partie de l'album, sa face B, son côté givré. « Du côté bluegrass, c'est typiquement de la musique qui est carrément rurale, si on veut. Ça a été écrit, composé et enregistré en grande partie en Abitibi aussi », souligne-t-il.

La pièce Gang de rang reflète bien ce son et met le point final à cette ballade en deux temps, d'ailleurs. Un vidéoclip pour la chanson a été lancé sur le web il y a plusieurs semaines.

Gumbo et jambalaya

Après avoir remporté le concours des Francouvertes en 2015, Élixir de Gumbo semble avoir concocté un jambalaya avec tous les ingrédients nécessaires pour rencontrer les attentes créées avec cette distinction. 117 records, étiquette de disques sœur de 7e Ciel records de Steve Jolin, sera derrière le groupe pour s'assurer que l'album se rende entre les bonnes mains et soit entendu des bonnes oreilles.

Pour Dylan Perron qui s'est acheté une maison de campagne dans le village de La Morandière - où le téléphone ne se rend pas et où « la ligne d'Hydro arrête » - il sera bientôt temps de reprendre les sentiers des salles de spectacles pour poser quelques collets et espérer que le public tombe sous le charme de son beau piège.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque