De plus en plus d'agences de voyages proposent des forfaits pour aller à la Baie-James. Une cinquantaine de personnes de l'Abitibi-Témiscamingue sont d'ailleurs parties aujourd'hui pour aller visiter entre autres la plus grande centrale hydroélectrique souterraine au monde. Mais il existe plusieurs autres attractions à découvrir au pays des géants... que plus de 47 000 personnes ont visité en 2012, un nombre toujours en hausse, selon Tourisme Baie-James.

Un reportage d'Émilie Parent-Bouchard

Après un premier voyage, il y a une vingtaine d'années, Nadine Gaudet s'apprête à franchir les quelque 900 kilomètres qui séparent Rouyn-Noranda et Radisson. Elle veut faire découvrir le pays des géants à sa famille.

« J'y vais avec mon conjoint et d'autres personnes, dont mon neveu, un autre de mes neveux et de la parenté un petit peu. C'est pour visiter les centrales et aussi les Autochtones un peu, on a une soirée avec les Autochtones, énumère-t-elle. J'ai un petit neveu que lui a appris l'histoire de [Pierre-Esprit] Radisson, ça l'intéresse beaucoup d'aller voir ça. Puis l'autre neveu, c'est peut-être pour lui donner le goût de faire des études, pour peut-être faire des grands projets d'ingénierie, des choses comme ça. »

Une destination de plus en plus populaire

La famille Gaudet n'est pas la seule à être attirée par ce coin de pays. Que ce soit par les airs ou par la route, de plus en plus d'agences de voyages proposent des forfaits tout inclus pour la Baie-James. C'est d'ailleurs la quatrième fois que Voyages Rouyn-Noranda offre une telle excursion en autobus. Selon la propriétaire, les places s'envolent d'ailleurs comme des petits pains chauds.

« Quand on a sorti la Baie-James, je dirais qu'en dedans des deux ou trois premières semaines, les trois quarts de l'autobus étaient pleins », dit Cindy Clark. 

Selon l'agente de voyage, les gens sont attirés tant par l'immensité du territoire que par les grands ouvrages d'ingénierie. « Les gens sont intéressés de voir cette partie-là du Québec. Notamment, on sait que la partie de la Baie-James, le territoire couvre un cinquième du Québec, donc quand même une grande étendue. Il y a quand même des choses spectaculaires à voir, le barrage, toutes ces choses-là. Les gens parfois ont de la famille qui ont déjà travaillé là, un papa peut-être retraité, un mari retraité qui veut apporter sa famille, sa conjointe, ses enfants. Donc il y a beaucoup de gens de cette clientèle-là qui font partie du groupe. »

Pour Nadine Gaudet, le forfait de quatre jours en autobus, avec repas et hébergement inclus, était tout indiqué. « Moi j'ai voyagé souvent de toutes sortes de façons. Et je trouvais que cette façon-là pour aller voir la Baie-James vite fait [valait la peine]. »

Prendre la route des vacances

Mais d'autres préfèrent avoir plus d'autonomie en s'y rendant par leurs propres moyens. Christine Morasse a tenté l'expérience en voiture il y a quelques années. Selon elle, cette façon de faire permet d'arrêter au fil du paysage, de prendre le temps de pique-niquer. « C'est une liberté que vous avez quand vous êtes en voiture que vous n'avez peut-être pas quand vous êtes en voyage de groupe », dit-elle.

Et elle ajoute qu'en plus d'être sécuritaire, la route est agréable. « Il n'y a pas de trafic, donc ça se fait vraiment dans une journée, vous pouvez partir de Matagami et vous rendre facilement à Radisson dans la même journée. [...] Quand on est arrivés à Matagami et ensuite à la genre de guérite pour rentrer dans le parc, sur la route qui mène à Radisson, on s'est rendu compte que finalement, c'est l'une des plus belles routes qu'on peut emprunter pour aller en vacances, plaide-t-elle. Il y avait vraiment des arrêts routiers sur le bord des rivières là-bas avec des tables de pique-nique. Les toilettes, tout ça, les sanitaires, c'était impeccable. C'est dans les plus beaux que j'aie vus au Québec et même ailleurs en Ontario. »

Christine Morasse avait décidé de partir à la Baie-James parce que la température laissait à désirer en Abitibi-Témiscamimngue. Plus au Nord, c'était la canicule. Elle n'a pas regretté le voyage. « C'est immense. Autant le territoire est immense, autant les barrages, c'est spectaculaire. On arrive là-bas et ce n'est plus à dimension humaine, c'est géant. »

Le pays des géants

Le surnom du pays des géants témoigne effectivement de l'ampleur des travaux réalisés par plus de 185 000 hommes du début des années 1950 à l'aube des années 2000. Des gens venus pour ouvrir le nord du Nord, disait le premier ministre René Lévesque lors de l'inauguration du barrage de La Grande 2, en 1979.

« Ces bâtisseurs ont droit à toute notre admiration et plus encore, à toute la reconnaissance du Québec », avait dit le premier ministre avant d'être enseveli sous des applaudissements nourris.

Le parc Robert A. Boyd, dédié à ces bâtisseurs d'eau qui ont défriché le nord pour sortir le Québec de sa dépendance au pétrole, est d'ailleurs un autre attrait touristique de la région. Avec sa hauteur de 160 mètres, soit l'équivalent d'un immeuble de 55 étages, la plus grande centrale hydroélectrique souterraine du monde a nécessité le transport de près de 23 millions de mètres cubes de sable, de gravier et de pierres puisés dans les environs.

Des archives d'une émission diffusée à la télévision de Radio-Canada juste avant le discours d'inauguration de René Lévesque, donnent la mesure de l'ampleur du réservoir de LG2. « Une partie du réservoir de LG2, ce plan d'eau de 2836 kilomètres carrés a jailli en moins d'un an. Il constitue actuellement le plus grand lac intérieur du Québec. Sa superficie équivaut à deux fois et demie celle du Lac St-Jean, ou encore pour nos spectateurs européens, à cinq fois celle du Lac Léman », peut-on entendre.

Visiter les communautés cries

Si elle dit avoir été impressionnée par ces grands ouvrages, Christine Morasse recommande toutefois de ne pas oublier d'inclure le côté cri de la Jamésie dans son itinéraire.

« Ce qui a à voir aussi, c'est le côté cri. Le plus gros village cri au Québec c'est Chisasibi, donc c'est à peu près à une heure de route de Radisson, donc on s'en va vers la baie James, le plan d'eau de la Baie-James. Et on peut visiter aussi le village de Chisasibi qui est très bien organisé avec beaucoup d'infrastructures. Et il y a aussi l'île de Fort Georges qui a été évacuée suite à l'implantation des barrages parce que c'est une île qui est uniquement en sable, donc s'il y avait un coup d'eau éventuellement, l'île pourrait être lavée complètement par le courant de la Grande Rivière. »

La communauté de Chisasibi, notamment accessible via Air Creebec, dispose d'ailleurs de moyens de transport pour se rendre à l'île de Fort Georges. Il est aussi possible d'y pratiquer la chasse et la pêche, en été comme en hiver.

Plus d'articles

Commentaires