Retour

Et si l'Abitibi-Témiscamingue devenait leader mondial en santé et sécurité au travail ?

Un webinaire sur le harcèlement psychologique au travail a été présenté, jeudi à Rouyn-Noranda, à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Il a attiré des participants de plusieurs régions du Québec et de quelques pays d'Europe et d'Afrique.

Un texte de Jocelyn CorbeilCe webinaire avait pour titre : Quand le harcèlement psychologique au travail nous rend malades.Le professeur du département des sciences de la santé, et responsable de la formation et de la recherche en santé et sécurité au travail à l'UQAT, Charles Côté, croit d'ailleurs que l'Abitibi-Témiscamingue peut devenir un leader mondial dans ce domaine.

« Mon objectif pour la table de concertation en SST, c'est que ça parte de l'Abitibi pour rendre ça provincial, national et peut-être même mondial. J'ai des visées parce que je trouve que la santé-sécurité avec nos mines, nos forêts, on est vraiment précurseurs historiquement de la SST. L’Abitibi-Témiscamingue venir vraiment précurseur dans des webinaires de concertation », croit le professeur.S’outillerTrois panellistes ont pris part aux discussions, jeudi, Louis-Charles Bélanger, avocat associé chez Caïn Lamarre, Joannie Gauthier, PDG, sexologue et psychothérapeute chez BCH et Lina Dallaire, directrice des ressources humaines à l’UQAT.« Moi je pense qu'on va être de plus en plus outillé. C'est sûr que les prochaines années vont être des années qu'on ne manquera pas de travail comme professionnel, mais aussi tout ce qui est ressources humaines, santé et sécurité », croit Joannie Gauthier, sexologue, psychothérapeute et présidente de BCH Consultants.« Il faudra être prêt pour accueillir ça, mais aussi à pouvoir être capable de former des gens sur le terrain quand on parle de superviseurs, de chefs d'équipe ce sont aussi des gens qui sont importants pour pouvoir de moins détecter qu'il y a de la détresse ou du harcèlement sur le terrain », ajoute-t-elle.Le harcèlement : une problématique difficile à traiterL'avocat chez Caïn Lamarre, Louis-Charles Bélanger, a abordé les défis pour les organisations à gérer les dossiers de harcèlement psychologique.

« Je n'ai aucune hésitation à qualifier que les dossiers de harcèlement psychologique soient les plus difficiles parce que premièrement, ils vont impliquer quelqu'un qui ne se sent pas bien ou qui est malade à tort ou à raison. Ça va impliquer des gens de l'organisation, ça va impliquer une enquête ça va peut-être impliquer des sanctions et le retour au travail de ces gens-là », soutient-il.

Plus d'articles

Commentaires