Retour

Étudiants défavorisés dans les régions du Québec : le Cégep de l'A-T abonde dans le même sens

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) estime que les étudiants des cégeps en région sont défavorisés par rapport à ceux des grands centres. Au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, direction et étudiants abondent dans le même sens.

La FECQ appuie ses déclarations sur une étude qu'elle a commandé et qui conclut que les compressions répétées du gouvernement en sont la principale cause. L'organisation exige le retour d'un financement adéquat des cégeps en région.

Le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, se réjouit de voir les étudiants joindre leur voix à celles des dirigeants. L'institution qu'il dirige a dû composer avec des compressions de 3,4 millions de dollars depuis 2011.

Selon M. Blais, le mode de financement actuel a lui aussi son impact sur les services aux étudiants dans ce contexte. « Je pense que le modèle de financement qu'on a pensé, il date de 1993, où tout le monde était en hausse, en développement, bien le mode de financement pouvait faire du sens. Aujourd'hui, comme les effectifs étudiants diminuent... Ils diminuent effectivement dans les régions, mais il augmente au pourtour de l'Île de Montréal, la Rive-Sud, la Rive-Nord... il va falloir que le gouvernement investisse pour fournir les services », plaide-t-il.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue a perdu près de 250 élèves entre l'automne 2010 et l'automne 2015.

Vendredi, Philippe Couillard a mentionné devant la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain qu'il allait donner un signal très fort pour l'éducation dans le budget qui sera déposé jeudi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine