Retour

Évacuation de résidences pour aînés : des propriétaires parfois réticents à se conformer aux règles, disent les pompiers

Plusieurs chefs pompiers l'Abitibi-Témiscamingue ont participé cette fin de semaine à leur congrès annuel à Gatineau.

Plus de deux ans après le drame de L'Isle-Verte, alors qu'un incendie majeur avait fait 32 morts en ravageant une résidence pour personnes âgées, la sécurité des résidences pour aînés est toujours au centre des discussions.

Certains propriétaires de résidences pour personnes âgées sont réticents à se conformer aux exercices d'évacuation, selon les pompiers.

Adaptation des résidences aux nouvelles règles

Le directeur du Service incendie de Val-d'Or, Jean-Pierre Tenhave, affirme qu'il a déjà rencontré, par le passé, de la résistance pour effectuer les exercices.

« On fait les exercices de toutes les résidences de personnes âgées une fois par année, lance-t-il d'emblée. Si ça dérange? Je vous dirais qu'au début, oui, [il y avait] beaucoup de réticence. Ce qu'on fait aussi, c'est de changer la culture des gens. Il ne s'est jamais fait d'évacuation avec un délai prescrit par le ministère. Maintenant on les fait. Au début il y avait beaucoup de réticence. Les résidences de personnes âgées devaient produire un plan de mesures d'urgence. Donc, ils ont eu à s'adapter. »

Délais d'évacuation parfois dépassés

Le directeur du service incendie de Rouyn-Noranda, Stéphane Valade, affirme de son côté que les résidences collaborent aux exercices, même si parfois les délais d'évacuation ne sont pas respectés.

« Généralement, ça fonctionne assez bien, rassure-t-il, précisant toutefois qu'il y a encore place à l'amélioration. Des fois, les délais ne sont pas respectés pour évacuer, mais généralement, c'est plus dû à un manque de formation. C'est sûr [qu'il y a] des personnes qui pourraient être réévaluées si elles ne sont pas capables d'évacuer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine