Retour

Faire du chocolat pour s'intégrer à la communauté

À Val-d'Or, une immigrante colombienne s'est intégrée à la communauté d'accueil grâce au chocolat! Yury Gonzalez travaille dans la chocolaterie Choco-Mango depuis trois ans et demi.

La jeune colombienne s'est installée à Val-d'Or avec son mari qui est électricien et ses enfants.

Grâce à sa créativité et avec l'aide de sa patronne, originaire du Guatemala, elle s'est bien intégrée dans la communauté valdorienne.

Yury Gonzalez est la spécialiste des pâtisseries de type « cupcakes » au Choco-Mango.

Elle n'a suivi aucune formation dans le domaine. Il s'agit plutôt d'un don inné, dit-elle.

« Je regarde sur Internet tout le temps, des dessins, des choses aussi. Puis dans ma tête, j'ai beaucoup de choses aussi », explique-t-elle.

Une propriétaire satisfaite du travail accompli

La propriétaire de Choco-Mango, Olga Coronago, est fière de l'avoir recrutée.

« Il y a quatre ans, elle est arrivée au Canada, puis six mois après elle a eu sa place ici à Choco-Mango. Ça lui a donné l'opportunité de l'intégration, comme immigrante, et aussi la possibilité de se pratiquer avec la langue », dit Olga Coronago.

Avec sa patronne qui est d'origine guatémaltèque, Yury a pu intégrer le marché du travail tout en étant capable de communiquer dans sa langue maternelle.

Pourtant, le chocolat ne fait pas partie des traditions pascales de l'Amérique latine, précise Olga Coronado.

« C'est plus le salé qu'on vive la fête familiale, et la religion, aller à l'église », dit-elle.

Néanoins, le commerce est un lieu où les Valdoriens d'origine et d'adoption peuvent trouver quelques sucreries sud-américaines.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine