Retour

« Faut qu'on se parle » : le groupe politique non partisan s'arrêtera à Rouyn-Noranda le 25 octobre

Cinq personnalités québécoises, dont l'ancien leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois et le fondateur d'Option nationale Jean-Martin Aussant, ont lancé une consultation sur l'avenir politique, social et économique du Québec. Cette initiative, baptisée « Faut qu'on se parle », regroupe aussi la militante crie Maïtée Labrecque-Saganash et l'ex-présidente de Solidarité rurale Claire Bolduc, originaire du Témiscamingue.

Des consultations auront lieu dans une dizaine de villes, dont Rouyn-Noranda, le 25 octobre prochain. Mais comme l'a expliqué Claire Bolduc, à l'émission Région zéro 8, il y aura aussi d'autres lieux de rencontre. « Les assemblées de cuisine, c'est de toutes petites rencontres, de plus petites réunions où les gens ne seront pas gênés de s'exprimer, où les gens auront tout l'espace voulu pour parler, pour identifier les impacts des enjeux actuels dans leurs vies, mais aussi pour proposer des solutions », explique-t-elle.

Selon Claire Bolduc, cette consultation ne doit aboutir à la formation d'une nouvelle formation politique. « La multiplication des partis politiques, ça ne fait que favoriser la division des votes et ça, c'est quelque chose qu'il faut absolument éviter. Mais, est-ce que le manifeste sera porté suffisamment par les citoyens pour influencer les partis politiques existants? Moi, je le souhaite. Est-ce que le manifeste pourra aussi inspirer des élus municipaux, des préfets de MRC? Est-ce qu'il pourra aussi influencer des gens qui sont impliqués dans l'économie sociale? Je le souhaite », indique-t-elle.

Le groupe souhaite publier ses propositions l'année prochaine.

Écoutez l'entrevue accordée par Claire Bolduc à l'émission Région zéro 8 ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine