Retour

Femmes autochtones : Québec annonce 6 millions de dollars en investissements

Le gouvernement du Québec annonce des mesures qui totalisent plus de 6 millions de dollars pour améliorer les conditions de vie des femmes autochtones. L'annonce a été faite ce matin à l'issue de la rencontre du premier ministre Philippe Couillard avec les chefs autochtones de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador à Montréal. Plusieurs investissements ciblent le Centre d'amitié autochtone, le centre de jour et de répit Chez Willie et la construction de logements sociaux pour les Autochtones de Val-d'Or.

Réactions des chefs autochtones

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, qui avait demandé cette rencontre avec Philippe Couillard, affirme que la démarche semble avoir été décidée unilatéralement par le gouvernement du Québec et lui laisse un certain goût amer.

Kitcisakik

La chef de Kitcisakik, Adrienne Anicinapeo, croit qu'il faut maintenir de bonnes relations avec la Sûreté du Québec. « La situation que les femmes de Val-d'Or ont vécue, c'est quelque chose [qui] est venu beaucoup nous chercher, affirme-t-elle. Je ne veux pas qu'on remette ça juste sur une tablette après puis qu'on retourne la page. On veut qu'il y ait des choses concrètes qui se mettent en place pour ses femmes-là, leur sécurité et également pour leurs familles et nous, nos communautés également. »

« On entretient quand même de bonnes relations avec la SQ, aujourd'hui on doit continuer ça », ajoute-t-elle.

Lac Simon

De son côté, la chef de la communauté de Lac Simon, Salomé McKenzie, croit qu'il y a encore du travail à faire. « Nous en Abitibi, nous allons devoir rester là, et aussi travailler avec les gens là, d'avoir cette continuité, de trouver encore des pistes de solution. Ce n'est rien que le début, dit-elle. Ce matin, on veut regarder la sécurité de ces femmes-là, de les appuyer, puis de leur dire qu'on les a pas oubliées, qu'on se tient debout avec eux, de continuer ce cheminement-là, parce que c'est le début de la guérison de chaque individu, de chaque femme. »

Timiskaming First Nation

Le chef de Timiskaming First Nation, Terrence McBride, qui a également assisté à la rencontre, croit qu'il est trop tôt pour se prononcer sur ces annonces. « C'était des annonces qui ont été effectuées pour répondre immédiatement à des besoins critiques. De là [savoir] si c'est assez ou pas assez, c'est dur à dire, parce que, évidemment, j'imagine qu'il va y avoir d'autres histoires qui vont sortir au fur et à mesure que ça se développe, donc c'est un peu prématuré pour dire si c'est assez ou pas assez », estime-t-il.

Le président de la Fondation Autochtone de l'espoir, Richard Kistabish, accueille favorablement les mesures annoncées aujourd'hui par le gouvernement Couillard pour améliorer les conditions de vie des femmes autochtones. « C'est nécessaire un plaster comme ça dans les circonstance pour calmer les esprits et donner un ton nouveau à ces affaires-là qui se produisent, pense M. Kistabish, mais aussi, il a manqué une belle occasion, j'inclus mon leadership là-dedans, d'annoncer l'enseignement obligatoire de l'histoire des Autochtones dans les écoles pour enfin connaître un petit peu plus les origines de ce qui se passe aujourd'hui. »

Réorganisation à la SQ de Val-d'Or

Le gouvernement du Québec a aussi annoncé une réorganisation de l'unité de la Sûreté du Québec à Val-d'Or. Une enquête interne sera lancée sur le fonctionnement du poste de la Vallée-de-l'Or. Désirant rétablir le lien de confiance entre policiers et autochtones, la SQ va offrir un accompagnement professionnel aux policiers de Val-d'Or par des travailleurs sociaux.

L'observatrice nommée

Le premier ministre a nommé la professeure de l'Université Laval Fannie Lafontaine comme observatrice pour surveiller l'enquête du Service de Police de la Ville de Montréal sur les allégations.

Couillard lance un appel au fédéral

Au terme de la rencontre, Philippe Couillard a déclaré que le Québec allait assumer toutes ses responsabilités auprès des Autochtones, mais il a aussi lancé un appel inattendu au nouveau gouvernement Trudeau, lui demandant d'assumer les responsabilités fédérales négligées par le précédent gouvernement.

« Je veux également rappeler au gouvernement fédéral que, depuis quelques années, le gouvernement fédéral s'est retiré d'une partie de son rôle fiduciaire historique avec les Premières Nations, notamment sur les territoires des Premières Nations, alors que des situations connues persistent, par exemple, sur le logement, l'accès à l'eau potable, l'électricité, pas acceptable pour un pays riche comme le Canada, pas acceptable de voir cet écart persister », a-t-il déclaré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine