Retour

Formation minière : utiliser les nouvelles technologies pour faire rayonner ce qui se fait au Québec partout dans le monde

L'Institut national des mines veut bonifier l'offre de formation minière en mettant sur pied un nouveau poste de chargé de projet.

Selon le président-directeur général, Robert Marquis, ce poste permettra d'assurer le rayonnement de la formation minière offerte au Québec.

« Le niveau de formation minière qu'on donne au Québec est quand même d'excellent niveau et on pense qu'on peut avoir une implication plus grande sur la scène internationale, ce qui amènerait nos établissements à développer des nouvelles clientèles, des nouvelles approches, des nouvelles façons de faire, explique-t-il. Accompagner des établissements d'enseignement, accompagner des compagnies minières, pour en tirer davantage profit. »

Miser sur les nouvelles technologies

La nouvelle chargée de projet, Valérie Belluhumeur, va d'abord chercher à dresser un portrait des actions prises par les établissements d'enseignement québécois à l'étranger. Elle veut ensuite créer des ponts entre les différents paliers d'enseignement en misant sur les nouvelles technologies.

« C'est sûr qu'on va travailler beaucoup sur l'offre de formation à distance, avance-t-elle. On veut rendre les formations disponibles en ligne surtout au niveau de la francophonie. Il y a beaucoup de choses qui se font dans les réseaux anglophones. Par contre, on est à même de constater qu'au niveau francophone, les établissements québécois ont beaucoup de pain sur la planche pour rattraper ce qui se fait ailleurs. »

L'Institut national des mines souhaite ainsi que les compagnies minières et les établissements d'enseignement tissent des liens plus forts pour améliorer la qualité de la formation minière.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Les 10 poisons les plus puissants





Rabais de la semaine