Retour

Fort taux de la détresse psychologique chez les professionnels de la santé en Abitibi-Témiscamingue

Une étude commandée par l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) démontre un fort taux de détresse psychologique chez les professionnels de la santé au Québec ainsi qu'en Abitibi-Témiscamingue.

Dans la région, près de 72,8% des gens sondés disent être en détresse élevée ou très élevée, et 77% disent être affectés négativement par les réorganisations du réseau de la santé et des services sociaux.Selon le représentant politique régional de l'APTS, Jacques Michel Audet, les réformes de la santé sont la cause principale de cette détresse.

La loi 10 a eu un effet contreproductif par la dispensation des services dans le réseau de la santé. Quand on dit qu’il y a sept professionnels de la santé sur dix qui ont vécu un moment élevé de souffrance, c’est très inquiétant.

Jacques Michel Audet

Absence de consultationD'après Jacques Michel Audet, l'absence de consultation des professionnels de la santé dans le cadre des réformes influence négativement la santé mentale des travailleurs.

« Pour les professionnels de la santé, ce qui blesse aussi, c’est l’absence de consultation réelle, la perte d’influence qu’ils peuvent avoir par rapport à la qualité du travail qu’ils donnent auprès de la population. On ne considère plus nos membres comme des partenaires ou des gens qui ont une importance dans l’amélioration des services de santé et des services sociaux », ajoute-t-il.

Au ministère de la Santé, on précise qu'un plan d'action a été élaboré pour la période 2015-2020 afin d'améliorer la santé mentale des employés de la santé. On précise également que le ministère n'a pas eu accès aux bases de l'étude qui permettent de conclure que la réforme est la cause des enjeux de santé mentale dans le réseau de la santé.

Plus d'articles

Commentaires