Retour

Fusillade à Lac-Simon : deux morts, dont un jeune policier

Le policier Thierry LeRoux, 26 ans, a été tué samedi soir à la suite d'une intervention qui a mal tourné dans la communauté autochtone de Lac-Simon, près de Val-d'Or, en Abitibi. Il avait rejoint les rangs de la police de Lac-Simon il y a à peine six mois. Le présumé tireur, Anthony Raymond Papatie, s'est enlevé la vie après les événements. 

Le corps du suspect a été découvert sans vie dans le domicile. Il aurait retourné l'arme contre lui après avoir annoncé sur son compte Facebook qu'il venait de tuer un policier.

Pour une raison encore inconnue, deux patrouilleurs municipaux avaient été appelés à se rendre dans une résidence de Lac-Simon, vers 22 h 30. 

Au moins un coup de feu a alors été tiré en direction des agents, qui n'auraient pas répliqué.

Le policier qui accompagnait Thierry LeRoux n'a pas été blessé. 

Réunion du Conseil de bande, la SQ démarre l'enquête 

Le Conseil de bande s'est réuni dimanche après-midi afin de faire le point sur la situation. Une cellule de crise a également été mise sur pied au cours de la nuit de samedi à dimanche. 

La vice-chef de la communauté, Pamela Papatie, a refusé de commenter la situation pour le moment.

Un conseiller du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Stéphane Lachance, est en route vers l'Abitibi pour en savoir davantage sur l'enquête en cours, mais aussi pour soutenir les 16 policiers de Lac-Simon, qui sont sous le choc.

Ce dernier estime que le métier en communauté autochtone n'est ni plus ni moins dangereux qu'en milieu urbain.

« De prime abord, le métier de policier est un métier dangereux, qui comporte des risques assez importants. Il y a de la violence partout. Ils sont confrontés à ça », a soutenu le conseiller syndical , en route vers Lac-Simon. « Ce qui est arrivé est malheureux », a-t-il ajouté. 

Le conseiller a l'intention de laisser l'enquête, confiée à la Sûreté du Québec (SQ), suivre son cours. « Tous les policiers ont été relevés de leurs fonctions. Ils sont tous repartis, c'est la SQ qui a le plein pouvoir sur la réserve présentement », a-t-il mentionné. 

Réactions politiques 

Sur son compte Twitter, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a exprimé ses condoléances aux familles et aux proches des victimes, tout en mentionnant que le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelly, est en contact avec les dirigeants de la communauté. 

Le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, a également envoyé un message sur Twitter pour témoigner sa sympathie. « Nos pensées sont avec la famille, les proches et les collègues du policier Thierry Leroux », a-t-il écrit. 

Les internautes touchés

Plusieurs internautes, tant de la communauté de Lac-Simon que de la région, expriment leur tristesse face aux événements. Certains changent la photo de leur profil par une image composée d'un ruban noir et le logo du poste de police de Lac-Simon.

Une marche en l'honneur de la victime s'est d'ailleurs tenue à Lac-Simon en fin d'après-midi.

Avec les informations de Claude Bouchard 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards