Plus de 70 organismes communautaires sont en grève lundi et mardi en Abitibi-Témiscamingue. Au Québec, plus de 1200 groupes participent à ces moyens de pression.

Il s'agit d'un nombre record d'organismes qui sont en grève ou qui ferment leurs portes pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard. Les responsables affirment subir les conséquences d'un sous-financement chronique.

Le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant, rappelle que la population a pourtant besoin de plus en plus d'aide de la part de ces organismes.

Ultime recours

L'agente à la concertation régionale des organismes communautaires de l'Abitibi-Témiscamingue, Ann-Julie Asselin, explique que cette grève survient comme ultime recours puisque tous les autres moyens de pression ont échoué.

Elle maintient que l'aide financière à ces organismes avait été bonifiée dans le passé, mais qu'avec le changement de gouvernement, tout a été annulé.

Les organismes communautaires réclament 265 millions de dollars du gouvernement du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine