Retour

Guignolée : l'Abitibi-Témiscamingue toujours au rendez-vous

En Abitibi-Témiscamingue, des centaines de bénévoles ont participé à La grande guignolée des médias, jeudi. L'opération a eu lieu à Amos, Val-d'Or, La Sarre, Rouyn-Noranda, Ville-Marie et à Malartic.

Un texte de Boualem HadjoutiÀ Malartic, ce sont les pompiers qui sont chargés de la récolte des dons au centre-ville.Le capitaine du service incendie Michel Graham et son équipe interpelle les automobilistes pour des dons en nourriture ou en argent.

L'année passée, environ 22 000 $ en dons ont été amassés par les pompiers.Michel Graham a remarqué qu'il y a de plus en plus de dons chaque année.« Je te dirais que chaque année, on a toujours plus d'argent d'amassé », mentionne Michel Graham.Des citoyens généreuxDe leur côté, les citoyens ont répondu présents et n'ont pas hésité à mettre la main à la poche.« C'est toujours important de donner pour les personnes qui ont moins d'argent que nous », dit Louis Allaire.

Du côté de Malartic, l'argent est remis au comité d'urgence La Ruche qui va le distribuer aux personnes dans le besoin.La guignolée est la principale source de financement du comité qui ne reçoit aucune subvention.Cette année, le comité a enregistré 115 demandes de paniers de Noël.

« Avec les pompiers, c'est vraiment une belle job, on est contents. C'est sûr que si on n'avait pas ces argents-là, je ne sais pas comment on fonctionnerait. Nous, à La Ruche, on n'a pas de subvention nulle part », explique la secrétaire Liliane Lessard.

L'année dernière, l'Abitibi-Témiscamingue était la deuxième région la plus généreuse après Montréal avec près de 300 000 $ de dons amassés lors de La grande guignolée des médias.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine