Retour

Hausse possible de la TVQ : inquiétudes au Témiscamingue

L'intention du gouvernement du Québec d'augmenter la taxe de vente d'environ 1% fait réagir au Témiscamingue. Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a expliqué que la hausse de la TVQ s'incérait dans le cadre de la réforme de la fiscalité et promet en même temps de baisser les impôts. Plusieurs commerçants de la région frontalière avec l'Ontario n'écartent pas la possibilité de voir baisser leurs chiffres d'affaires, si l'annonce se concrétise.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

« Tout le monde paye la taxe, tandis que le remboursement de l'impôt, ce n'est pas tout le monde qui va toucher à ça », croit Dany Giraudon, propriétaire de la boutique Les Trouvailles de Florentine de Ville-Marie. « 1 % c'est énorme, continue-t-elle. On est près des lignes ontariennes. Les gens déjà qui viennent de l'Ontario magasiner ici, ils sont un peu titilleux sur la taxe, alors si on nous l'augmente, on ne sait pas où on s'en va. » Elle pense que cela pourrait même encourager ses clients à faire leurs achats en Ontario.

Un avis que partage Claude Bergeron, propriétaire du magasin Bergeron Électronique. Il s'attend à une baisse de sa clientèle. « Un consommateur sur quatre serait porté à penser un peu plus à aller voir [en Ontario], puis même tant qu'à aller voir, il va peut-être faire son achat immédiatement là », craint-il.

Pour les consommateurs rencontrés par notre journaliste, la nouvelle n'est pas réjouissante. « Je vais souvent de l'autre côté en Ontario. Si le gouvernement augmente la TVQ, c'est sur et certain que le monde du Témiscamingue, comme je les connais, on va tous aller vers l'Ontario », pense l'un. « Ce n'est pas une bonne affaire, on paye déjà assez de taxes », affirme un autre.

La Chambre de commerce Temis-Accord ne voit rien de positif dans cette annonce. La coprésidente, Véronique Girard, craint les effets négatifs sur certains commerces. « Nous souhaitons tout de même que les gens continuent d'encourager nos commerçants locaux », souligne-t-elle.

Le ministère des Finances affirme qu'il est en période de consultations et qu'il veut dégager un consensus autour de cette annonce.

Plus d'articles

Commentaires