Retour

Hockey junior : les Huskies l'emportent sur les Wildcats de Moncton

Les Huskies de Rouyn-Noranda ont remporté à domicile le premier match de la demi-finale qui les opposent aux Wildcats de Moncton par la marque de 4 à 1, vendredi soir, devant les yeux de leur ancien entraîneur, André Tourigny, et du commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau.

Un texte d'Émilie Parent Bouchard

C'est Timo Meier qui a ouvert les hostilités pour la meute en avantage numérique avec son 10e but des séries éliminatoires.

Le meilleur marqueur de la ligue en saison, Conor Garland, a égalisé la marque quelques minutes plus tard, avec ce qui aura été l'unique affront des Wildcats de Moncton.

L'entraîneur des Huskies, Gilles Bouchard, est « très fier » de la performance de ses joueurs.

« C'était un très bon début. On est sorti fort. On était nerveux un peu en début de première période, [ce sont] des choses normales. Après ça, le but de Timo Meier en avantage numérique nous a donné de l'énergie, l'avantage. On a travaillé fort, on a compétitionné, on a joué dans notre identité d'équipe et c'est ça qu'on veut. Je suis très content », confie-t-il lors du point de presse d'après-match.

« Plus ça allait, plus on jouait dans notre identité d'équipe. On s'est bien servi de notre vitesse. On est vite, il faut se servir de notre vitesse. Quand on se sert de notre vitesse, on génère des choses, on crée du momentum. Maintenant, c'est de tourner la page, reset the computer, il faut que les gars soient prêts pour aller à la guerre », ajoute Gilles Bouchard.

Tourigny dans l'assistance

Ce premier match s'est déroulé sous les yeux d'André Tourigny, qui a dirigé les Huskies de Rouyn-Noranda avant d'atteindre la LNH.

Celui qui a occupé le poste d'entraîneur adjoint avec l'Avalanche du Colorado après son départ de la LHJMQ vient d'être remercié par l'organisation des Sénateurs d'Ottawa, où il occupait un poste d'adjoint à l'entraîneur-chef, aussi congédié, Dave Cameron.

Sans révéler trop de détails sur la nature des coups de fil de la planète hockey qui font vibrer son téléphone, André Tourigny, toujours actionnaire des Huskies, dit suivre la situation de la meute d'un oeil attentif.

« Les Huskies, c'est un peu mon bébé, lance d'emblée celui qui dit revenir du Dakota du Nord où il est allé voir évoluer des espoirs européens qui pourraient venir à Rouyn-Noranda. J'ai été en contact avec Gilles [Bouchard] presque toutes les semaines durant la saison. On est attachés aux Huskies, c'est important pour moi. Ma famille est ici et on est revenu en Abitibi. On passe nos étés ici, donc on est venus voir notre monde. »

Celui qui dit vouloir poursuivre sa carrière comme entraîneur demeure discret sur la nature des appels qui lui sont adressés. LNH, Ligue américaine, Europe?

« C'est la meilleure ligue au monde, ce n'est pas un job qui est facile à aller chercher. Et présentement, il y a juste une équipe qui a fait des changements au niveau de son personnel d'entraîneurs et c'est nous autres. Il n'y a pas d'ouvertures présentement dans la Ligue nationale et même chose dans la Ligue américaine, donc, on va voir ce que le futur va nous réserver », lance-t-il.

Le commissaire de la LHJMQ aussi parmi les spectateurs

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, était aussi dans l'assistance pour voir évoluer la meilleure équipe de la saison.

« Je ne pense pas que les gens s'attendaient à ce que les Huskies aient une saison comme ça, a-t-il confié à l'issue de la rencontre, saluant le travail de l'entraîneur-chef et directeur adjoint, Gilles Bouchard, et de l'actionnaire majoritaire de l'équipe, Jacques Blais. Une bonne sélection, une bonne préparation de joueurs, de bons échanges au bon moment, c'est une bonne recette et les Huskies ont connu une saison phénoménale. »

Diffusion des matchs abitibiens de la LHJMQ sur les ondes nationales?

Interrogé sur la possibilité que les matchs des Huskies et des Foreurs soient diffusés au niveau national comme ceux des équipes du sud du Québec, le commissaire laisse la porte ouverte.

« Les gens avec qui on a fait une entente, avec TVA Sports, font le travail nécessaire pour regarder les différentes possibilités, indique Gilles Courteau. Je sais que, dans le moment, il y a une situation où est-ce que Vidéotron pourrait venir s'établir ici dans la région de l'Abitibi avec un réseau câblé. Donc, ça pourrait aider pour la diffusion des matchs, parce qu'on parle de mobile, on parle de dépenses qui sont quand même assez importantes à ce niveau-là. Mais on l'a vu cette année, on a fait le match Canada-Russie à Rouyn-Noranda, ça a été une belle expérience. Dans des situations comme ça, il y a des technicalités [sic]. Ce n'est pas une qualité de marché, c'est surtout au niveau des coûts d'opération pour présenter des matchs dans des régions un peu plus éloignées. »

Gilles Courteau précise que la question de la diffusion des matchs fait l'objet de discussions avec les diffuseurs avant chaque saison, histoire de prévoir quels seront les meilleurs matchs à diffuser au moment opportun.

« On va faire un bilan après la Coupe Memorial, on va se préparer pour la saison prochaine et on verra quels vont être les enjeux et à quel endroit on va pouvoir aller diffuser des matchs », ajoute-t-il.

Gilles Courteau assistera aussi à la rencontre de samedi dans l'espoir de voir un aussi bon match.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine