Retour

Hockey mineur : une plainte pour propos discriminatoires déposée à Hockey Abitibi-Témiscamingue

Une équipe de l'Association hockey mineur du Témiscamingue porte plainte à Hockey Abitibi-Témiscamingue pour des propos discriminatoires qui auraient été proférés à l'endroit d'un de ses joueurs. Les faits se seraient déroulés il y a une vingtaine de jours alors que l'équipe McDonald's Barracuda, Bantam B, composée majoritairement d'autochtones jouait contre une équipe de hockey mineur de Rouyn-Noranda à Ville-Marie. Le président de Hockey mineur Rouyn-Noranda dit qu'il n'y a aucune preuve de ce qui est avancé. Hockey Abitibi-Témiscamingue veut d'abord enquêter pour en vérifier les faits, mais elle soutient que ce sont des gestes inadmissibles.

Avec les informations de Boualem HadjoutiTwitterCourriel

Les faits se seraient déroulés à Ville-Marie lors d'un match entre les deux équipes début février.Tyson Mathias, jeune Autochtone de 14 ans, affirme avoir été la cible d'insultes raciales de la part d'un joueur d'une équipe de Rouyn-Noranda. Il dit que ces commentaires lui ont fait mal au point de quitter la glace avant la fin du match. « Il m'a traité de sauvage, de nègre », dit-il.

Son entraineur n'a pas digéré les propos et en a fait part à l'Association de hockey mineur du Témiscamingue. L'affaire fait l'objet d'une plainte auprès de Hockey Abitibi-Témiscamingue. Selon Sean Mclaren, ses joueurs font souvent face à des propos racistes et discriminatoires. « Des fois, ce sont des mots moins choquants que sauvage... Ça arrive souvent que les filles se font traiter d'asiatiques, des indiens sales... Des fois des joueurs qui essayent d'intimider nos joueurs », relate-t-il.

Le président de l'Association du hockey mineur de Rouyn-Noranda, Michel Morin, dit qu'il n y a aucune preuve de ce qui est avancé. « On s'est renseigné auprès des arbitres qui étaient sur la patinoire, personne n'a entendu les propos racistes, assure-t-il. Oui, il y a eu des échanges verbaux corsés entre les joueurs, mais on m'a dit que personnes n'a entendu des propos racistes. C'est sûr que nous on ne tolère pas ça, ce n'est pas acceptable... on se demande la portée des accusations que l'instructeur fait. »

Le président de Hockey Abitibi-Témiscamingue dit que c'est la deuxième plainte reçue depuis le début de la saison. Christian Labbée souhaite tout de même faire la lumière sur ce cas avant d'aller plus loin. « Lorsqu'il y a une plainte et que les officiels n'ont pas entendus les propos, c'est assez difficile d'aller plus loin en [termes] de sanctions », admet-il. Par contre, il y a toujours possibilité de rencontrer les gens et d'écouter leurs versions des faits. »

En début de saison, Hockey Abitibi-Témiscamingue a envoyé une lettre aux associations de la région pour leur rappeler que ces comportements sont intolérables.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine