Retour

Homme abattu par un policier à Lac-Simon : l'enquête confiée au SPVM

Un homme de 25 ans d'origine algonquine, Sandy Tarzan Michel, est mort lors d'une opération de la police locale menée à Lac-Simon, en Abitibi-Témiscamingue, mercredi soir.

Les agents de la communauté autochtone ont été alertés vers 19 h 30, car un individu arpentait les rues en brandissant ce qui semblait être une arme blanche. L'individu aurait été happé par une autopatrouille dépêchée sur les lieux et des coups de feu auraient été tirés par la suite dans des circonstances qui restent à être établies.

Le suspect a été transporté en ambulance au centre hospitalier de Val d'Or, où son état était jugé critique. Sa mort a été confirmée jeudi matin par la SQ.

Trois arrestations

Trois hommes ont été arrêtés à la suite de ces événements et pourraient être accusés de voies de fait et agression, explique la Sûreté du Québec.

Les circonstances s'éclaircissent

L'expert en intervention post-traumatique Michel Oligny connaît bien les policiers de Lac-Simon. L'ancien policier de la Sûreté du Québec s'était rendu dans la communauté située à une trentaine de kilomètres de Val-d'Or après la mort en service du policier Thierry LeRoux, en février dernier.

Il explique que toute l'opération a débuté après un appel pour violence conjugale.

« Ils ont tout fait pour maîtriser ce monsieur-là, malheureusement, assure-t-il. Et avec la voiture même. Parce qu'il avait une machette, il frappait. Et on se rappelle, il y a cinq ou six ans, lorsque le policier avait dû abattre le frère de ce monsieur-là, c'était des circonstances à peu près semblables. »

Le centre de santé local a mis en place une cellule de crise pour soutenir la communauté à la suite de ce drame.

Assurer la couverture policière sur le territoire

Par ailleurs, la SQ a été mandatée par le ministère de la Sécurité publique pour relever la police locale et assurer le maintien de la paix à Lac-Simon jusqu'à nouvel ordre.

De plus, à la demande du ministre provincial de la Sécurité publique, Martin Coiteux, une enquête indépendante sera menée pour déterminer exactement ce qui s'est produit à Lac-Simon mercredi soir.

Dans les heures qui ont suivi les événements, cette enquête avait été transmise à la Sûreté du Québec. Le ministère de la Sécurité publique s'est cependant ravisé jeudi, confiant l'enquête au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en fin d'après-midi.

Réaction du syndicat des policiers de Lac-Simon

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les policiers du Conseil de la Nation Anishinabe de Lac-Simon, a réagi au décès de Sandy Tarzan Michel.

Le directeur du SCFP pour le Québec, Marc Ranger, a attribué cette affaire à un manque de ressources policières. Il a aussi interpellé le gouvernement du Québec pour que la crise de sécurité publique qui ébranle Lac-Simon soit gérée avec les moyens nécessaires.

« [Quand] on intervient à deux patrouilleurs dans une situation qui est explosive, on ne peut pas assurer la sécurité ni des gens auprès de qui on intervient, ni des policiers, ce qui fait en sorte de créer ces drames-là », a soutenu Marc Ranger lors de point de presse tenu en début d'après-midi, jeudi, à la Tribune de la presse du Parlement du Québec.

Rappelons qu'à la suite de la mort en service du policier Thierry LeRoux, à la mi-février dernier, le syndicat avait réclamé le financement adéquat des corps policiers autochtones, tant auprès de Québec que d'Ottawa.

Condoléances du ministre Geoffrey Kelley et du député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, préfère attendre les résultats de l'enquête avant de commenter.

Le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, qui a aussi offert ses condoléances à la communauté, affirme pour sa part que la sécurité de la population de Lac-Simon est sa priorité. Il rappelle que cette responsabilité a été confiée à la Sûreté du Québec.

« Notre priorité c'est vraiment d'assurer et d'offrir un milieu de vie sécuritaire à tous les membres de la communauté autochtone de Lac-Simon, a-t-il dit lors d'une entrevue accordée à l'émission Le Radio magazine. Je tiens à rassurer les citoyens, on va s'assurer que les corps policiers vont pouvoir réaliser pleinement leur travail, mais on va aussi travailler en collaboration avec le conseil de bande et leur personnel pour adresser certains enjeux et identifier avec eux des pistes de solution. »

Retour sur les événements d'hier soir

Vidéos tournées par des résidents de Lac-Simon

 

En février, Lac-Simon avait été ébranlée par le meurtre du policier Thierry LeRoux, 26 ans, par un membre de la communauté, lors d'une intervention policière. Le suspect, Anthony Raymond Papatie, s'était enlevé la vie après avoir tiré sur le policier.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine