Retour

Hydro-Québec pourrait partager ses infrastructures avec des PME du secteur minier

L'accès aux infrastructures d'Hydro-Québec dans le Nord-du-Québec est problématique pour de nombreuses compagnies d'exploration minière.Selon l'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ), la société d'État limite cet accès à certaines grandes compagnies.

Le directeur exploration chez Hecla Québec, Daniel Bernard, déplore que la société d'État refuse que les petites compagnies utilisent ses infrastructures telles que ses aérogares. Selon lui, le Nord-du-Québec s’avère un territoire difficilement accessible pour les entreprises d'exploration minière.

Le gouvernement parle d'amener de l'argent sur le territoire. Hydro-Québec est un partenaire gouvernemental, mais c'est lui qui met le plus de barrières.

Daniel Bernard

PME restreintesLa directrice générale de l’AEMQ, Valérie Fillion, explique que les petites entreprises n'ont pas les moyens financiers pour négocier des ententes avec Hydro-Québec. Elle affirme qu'Hydro-Québec négocie à la pièce avec certaines entreprises. Valérie Fillion demande un accès pour tous, avec des coûts prévisibles.« Si on veut réserver le Grand Nord aux grandes entreprises, je ne pense pas que ça soit une bonne idée pour le développement de la filière minérale et le développement du Plan Nord [de restreindre l’accès]. On sait que les travaux d'exploration au Québec, en dehors des sites miniers, sont majoritairement effectués par des PME d'exploration », relate-t-elle.

En pourparlersLe directeur du Bureau de commercialisation de la Société du Plan Nord, Jocelyn Douhéret, affirme être en pourparlers avec la Société d'État.

Ce qui est clair, c'est que dans les orientations stratégiques d’Hydro-Québec, il est clairement écrit que ses aéroports doivent avoir une vocation à ouvrir le territoire et le développement économique régional. Ça, c'est une intention [mais] il reste à voir comment.

Jocelyn Douhéret

Jocelyn Douhéret ajoute que la Société du Plan Nord travaille avec Hydro-Québec et d'autres partenaires afin d’élaborer des pistes et de mettre en oeuvre la vision ou l'orientation stratégique exprimée par la société d'État.Selon lui, les parties pourraient s'entendre d'ici la fin du mois de mars.De son côté, Hydro-Québec confirme avoir des échanges avec la Société du Plan Nord concernant le partage d'infrastructures non électriques, telles que les aérogares.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine