Retour

Il y a 10 ans, les installations de l'usine Domtar de Lebel-sur-Quévillon fermaient

Le 24 novembre dernier marquait le 10e anniversaire de fermeture des installations de l'entreprise forestière Domtar aujourd'hui Fortress Paper à Lebel-sur-Quévillon. 700 salariés avaient alors été mis à pied. Les effets de cette fermeture sont encore palpables dans la ville. La population est passée de 3300 à 2300 habitants depuis 2005.

Avec les informations de Vanessa Limage

« Une semaine avant Noël »

Il y a 10 ans, l'entreprise forestière Domtar fermait ses installations pour une période indéterminée. L'ex-président du Syndicat des employés, Mario Pothier, se souvient des événements. « Ils nous ont fait venir à 4h30 puis à cinq heures moins quart tout le monde sortait de l'usine, se rappelle-t-il. Il y avait un paquet d'agents de sécurité donc nous autres, on appelle ça un lock-out. Ce sont des cadres qui ont pris les commandes de l'usine. Donc c'était vraiment un lock-out. »

Trois ans plus tard, Domtar annonçait la fermeture définitive de l'usine.

L'ex-maire de Lebel-sur-Quévillon, Gérald Lemoyne, souligne que l'événement s'est déroulé quelques jours avant la période des Fêtes. « Le 18 décembre, donc une semaine avant Noël, Domtar annonce sans nous en parler, sans même nous aviser qu'ils font une fermeture définitive », raconte M. Lemoyne.

Domtar ne veut plus commenter ce dossier, mais soutient que l'usine n'était pas rentable.

Des effets qui se font encore sentir

Le maire actuel de Lebel-sur-Quévillon, Alain Poirier, soutient qu'une « portion de notre population est toujours en attente du redémarrage de cette usine-là. » Par contre, il ajoute que les impacts de la fermeture se font encore sentir. « C'est un essoufflement [dont] moi aussi j'ai peur puisqu'on le ressent aussi du côté de notre économie locale, nos commerçants. Il ne faut pas oublier que ces gens-là ont porté l'économie et la portent encore à bout de bras, depuis les 10 dernières années. Si on peut réussir à redémarrer cette usine-là, je suis sûr que ça va aider au moral de la population », souhaite M. Poirier.

Fortress Paper avait mis la main sur l'usine Domtar en 2012 pour fabriquer de la rayonne. Trois ans plus tard, l'usine est toujours fermée puisqu'une taxe de 23 % imposée par la Chine compromet la relance de l'entreprise.

Le conseil municipal de Lebel-sur-Quévillon et Fortress Paper étudie actuellement différents scénarios pour relancer l'usine. « On a mis pratiquement 40 millions de nos fonds propres dans ce projet-là, rappelle le vice-président, développement des affaires et projets stratégiques à Fortress Paper, Marco Veilleux. Pour ce qui est de l'état d'esprit, c'est qu'on est motivé à trouver une solution pour permettre qu'il y ait de l'activité sur le site. Cet actif-là, c'est un bon actif, on a mis 40 millions là-dedans. On n'aurait pas mis ça si on n'y croyait pas. »

Le conseil municipal de Lebel-sur-Quévillon et Fortress Paper étudient toujours différents scénarios pour relancer l'usine.

Plus d'articles

Commentaires