Retour

Impôts miniers : la mine Canadian Malartic fait-elle sa juste part?

Des documents du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) révèlent que la mine Canadian Malartic n'a jamais payé d'impôt sur le revenu au Canada. Même s'il est prévu que les deux ordres de gouvernements reçoivent l'argent à partir de 2018, cette situation est vivement dénoncée par la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Cette situation choque tout de même le porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe. Il ajoute qu'aucune redevance n'a été payée par la minière pendant ses trois premières années d'exploitation et qu'en 2014 et 2015, elle a déboursé 15 millions de dollars par année à ce chapitre. 

La minière assure qu'elle paiera en temps et lieu

La mine Canadian Malartic assure pour sa part qu'elle paie tous ses impôts. Son directeur général, Serge Blais, précise que le paiement des impôts dus pour les premières années d'exploitation est retardé pour lui permettre d'amortir l'investissement initial, un scénario qui vaut dans d'autres secteurs d'activités. 

« Le fonds de 2,1 milliards qui a été dépensé au départ, ça va aller jusqu'en 2017-2018 avant qu'il [ne] soit épuisé [et] à partir de là, ce sont les revenus moins les dépenses, puis les impôts sont payés sur ces montants-là, explique-t-il, avant de préciser que les règles du jeu sont les mêmes pour tous les types d'entreprises. En supposant que le projet d'extension soit approuvé, on parle de plus d'un milliard de dollars en impôts fédéral, provincial et en impôts miniers. »

M. Blais dit d'ailleurs avoir été surpris par les grands titres des journaux publiés à ce sujet vendredi matin. « Parce que le côté économique, c'est l'une de nos forces », insiste-t-il.

Une situation appelée à changer?

Interrogé à ce sujet, le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec et ancien économiste Luc Blanchette explique que la nouvelle Loi sur les mines change aussi les choses. Selon lui, les minières vont donner plus d'argent aux contribuables dans les prochaines années. Il explique que toutes les minières doivent maintenant payer un minimum d'un million de dollars d'impôt.

Avec Stornoway, Éléonore et Canadian Malartic en exploitation, Luc Blanchette a d'ailleurs bon espoir que les redevances perçues par le gouvernement vont augmenter.

« À chaque fois qu'il y a un nouveau projet, les redevances augmentent. En 2015, on s'attend [à] une hausse, anticipe-t-il. Pour le total de l'ensemble du Québec, on avait recueilli 135 millions en 2014, donc en 2015 ce sera un peu plus et on sait que 2016 sera encore une meilleure année, notamment en raison de la reprise dans le milieu aurifère. »

Plus d'articles

Commentaires