Retour

Inauguration de la mine Éléonore : importantes retombées dans la région

La mine Éléonore qui a été inaugurée ce matin après plus de 2,5 milliards de dollars d'investissement par la minière Goldcorp offre de belles promesses de retombées économiques tant pour les travailleurs que pour les entreprises de l'Abitibi-Témiscamingue, et ce, pour les 15 prochaines années. 

Avec les informations de Vanessa Limage

Des 2,5 milliards de dollars investis pour la mise en production de la mine Éléonore, à 350 kilomètres au nord de Matagami, dans la Baie James, la majorité a été dépensée en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec. Déjà, près de 70 % des 1 200 travailleurs qui sont à l'oeuvre au nord du réservoir Opinaca sont issus de la région. Plusieurs autres employés sont des Cris, en vertu de différentes ententes signées avec les administrations du Nord-du-Québec

Des emplois

« On parle d'une moyenne de salaire de 103 000 dollars par année, évalue le directeur général de la mine, Guy Belleau. On parle d'un salaire minimum de 70 000 dollars par année pour un poste d'entrée chez nous. Donc ça, [ce sont] les premières retombées via l'argent qui [est] déposé dans les comptes de banque de partout en Abitibi », renchérit Guy Belleau, précisant que ses employés sont domiciliés aux quatre coins de la région, de La Sarre à Rouyn-Noranda, en passant par Val-d'Or et Senneterre.

Une antenne à Rouyn-Noranda

Le président de la Chambre et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger se réjouit de cette nouvelle pour sa municipalité. « Les vols partent de Rouyn-Noranda, rappelle-t-il. Donc, c'est certain que les gens ont tout avantage à venir résider à Rouyn-Noranda. C'est certain qu'à ce moment-là, ils [les travailleurs] vont être appelés à dépenser sur le territoire de la MRC de Rouyn-Noranda ou en région. C'est certain que ça a des retombées importantes pour les commerces », poursuit-il, rappelant que l'entreprise a aussi pignon sur rue à Rouyn-Noranda. 

Une manne pour les entreprises de la région

Plusieurs entreprises de la région profitent aussi de la manne. L'équipementier spécialisé dans l'industrie minière Technosub est du nombre. L'entreprise a déjà participé à la phase de construction de la mine et continue de bénéficier des retombées d'Éléonore.

« C'est intéressant pour un équipementier comme Technosub d'avoir une mine telle que Goldcorp dans notre cour au Québec, explique le directeur principal des ventes et de l'administration, Éric Beaupré. Nous, on est fournisseur de pompes industrielles et de pompe de solutions de dénoyage pour tout ce qui est sous terre. »

Selon le directeur général de la mine, d'autres entreprises de l'Abitibi-Témiscamingue ont participé à la phase de construction de la mine. Guy Belleau cite entre autres Moreau Électrique, qui a contribué à tout ce qui est instrumentation, contrôle et électricité du concentrateur, Meglab qui a offert un appui du point de vue des nouvelles technologies et des systèmes intelligents, et Promec qui a contribué à la construction de l'usine.

Plus d'articles

Commentaires