Retour

Initier les jeunes à la fabrication du sirop d'érable

Une vingtaine de jeunes en provenance de garderies en milieu familial du Témiscamingue ont appris comment on fabrique le sirop d'érable. Ils ont visité la seule érablière traditionnelle où l'on peut manger un repas traditionnel « cabane à sucre » en Abitibi-Témiscamingue.

Un texte de Tanya Neveu

Le propriétaire de l'érablière Au p'tit calain de Fugèreville, Gilles Girard, explique aux enfants comment est fabriqué le sirop d'érable.

Depuis plus de 20 ans, sa femme Françoise et lui offrent des déjeuners traditionnels directement à l'érablière.

« Il faut que tu aies la passion pour ça, sinon tu n'embarques pas là-dedans. C'est 7 jours sur 7 », confie Gilles Girard.

Même si l'érablière est située au Témiscamingue et que le service de restauration est très peu publicisé, leur principale clientèle provient du nord de l'Ontario et de l'Abitibi.

« La plus belle publicité, c'est le bouche-à-oreille. Les gens se parlent », souligne-t-il.

La saison des sucres est tardive cette année, ce qui n'empêche pas l'érablière Au p'tit calain d'afficher presque complet jusqu'à la fin avril.

De futurs acériculteurs?

Les jeunes ont rapidement saisi le processus de création du sirop d'érable qui n'ont pas caché leur amour pour le sucre d'érable.

L'éducatrice, Josée Morin, trouve important de faire vivre cette expérience à ses tout-petits.

« Ça fait une belle sortie éducative et ça fait connaître nos traditions aux enfants », fait-elle valoir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards