Retour

Inquiétudes quant à la fin de la livraison du courrier à domicile

La fin de la livraison du courrier à domicile bouleverse le quotidien de plusieurs citoyens de Rouyn-Noranda qui émettent des réserves quant à la mise en place des nouvelles boîtes postales de Postes Canada où s'effectue la livraison du courrier depuis hier. 

Un article de Vanessa Limage

« Cet hiver quand il va y avoir de la glace, puis tout ça, ce n'est pas l'fun courir la malle, anticipe Julienne Lavoie, 65 ans, soulignant qu'elle finira par s'adapter au nouveau système, mais qu'elle s'abstiendra de s'aventurer à l'extérieur si elle juge que c'est trop dangereux pour elle pendant l'hiver. Moi quand ça va être de la glace, je n'irai pas. Parce que je suis tombée sur la glace et j'ai été trois mois à l'hôpital. [Quand il y aura] de la glace, je n'irai pas. »

Madame Lavoie n'est pas la seule à se questionner sur le nouveau mode de livraison du courrier de Postes Canada. Rosaire Fortin, 87 ans, ne comprend pas pourquoi la boîte postale installée devant sa maison n'est pas celle où il doit aller chercher son courrier. « Je suis en face, il y a des boîtes de l'autre bord de la rue, je suis juste en face. Ils auraient pu me mettre là. C'est peut-être à discuter avec eux autres. [...] Je ne comprends pas », ajoute-t-il, précisant que des raisons de sécurité ont été évoquées, c'est-à-dire qu'on veut lui éviter d'avoir à traverser la rue Dallaire, assez achalandée.

Accommodations chez Postes Canada

Postes Canada évoque des raisons logistiques pour expliquer la situation de Rosaire Fortin et celle d'autres citoyens dans la même situation. Un porte-parole de la Société d'État soutient que Julienne Lavoie et Rosaire Fortin pourraient demander à être accomodés s'ils sont insatisfaits du service actuel, et ce, sans frais.

« Il y a des mesures qu'on doit prendre pour faire le tri du courrier. Il y a seulement un certain nombre d'adresses qui peuvent être à un même emplacement, explique le porte-parole de Postes Canada, Philippe Legault. On invite ces gens-là à communiquer avec notre équipe. Ça se peut très bien qu'on [puisse] faire des changements [d'emplacement]. »

Les citoyens à mobilité réduite ou dont les conditions de santé limitent leur capacité à effectuer des opérations qui font appel à la motricité fine peuvent aussi être accommodés.

« Ces clients, ces résidents sont invités à composer un numéro de téléphone pour nous rejoindre, on va leur envoyer une trousse d'information avec un questionnaire et on a une équipe chargée des mesures d'adaptation - un compartiment qui a un tiroir coulissant pour récupérer le courrier, fournir un tourne-clé pour un client qui est atteint d'arthrite, précise le porte-parole de Postes Canada, Philippe Legault. Mais même lorsqu'on a déjà fait la transition vers la boîte communautaire, on peut faire ces changements, on peut faire ces évaluations. »

Entretien et déneigement

Postes Canada est aussi responsable de l'entretien des boîtes postales. Elle devra aussi veiller au déneigement pendant l'hiver. La ville de Rouyn-Noranda a tout de même travaillé avec Postes Canada pour déterminer l'emplacement des boîtes postales, un processus ardu selon le maire Mario Provencher.

« On a dû négocier énormément avec Postes Canada pour trouver des endroits. Quand je regarde ce qui est vraiment ciblé autour du centre-ville, moi personnellement si j'ôte mon chapeau de maire et [avec] mes connaissances en urbanisme, je trouve ça très laid, croit Mario Provencher. Ça déguise vraiment le paysage, mais malheureusement, on n'a pas le pouvoir de s'objecter à l'installation des boîtes. Je pense qu'il va falloir qu'on puisse faire un suivi entre autres sur les questions de circulation. Si quatre [personnes arrivent] en même temps, on va occasionner un embouteillage. Tous ces éléments-là vont devoir être suivis. »

Pour les autres villes de l'Abitibi-Témiscamingue, il n'y a pas encore d'échéancier pour la mise en place des boîtes postales communautaires de Postes Canada. Au terme du programme d'installation des nouvelles boîtes postales en 2019, la société d'État prévoit faire des économies de 500 millions de dollars par année.

Plus d'articles

Commentaires