Retour

Internet et téléphonie cellulaire : la couverture régionale déficiente scandalise Claude Thibault

La candidate libérale dans Abitibi-Témiscamingue, Claude Thibault, se dit scandalisée que de nombreux secteurs de sa circonscription ne soient toujours pas desservis par des services de téléphonie cellulaire et Internet mobile adéquats. Claude Thibault dénonce également la structure du projet soumis par la société de Gestion de l'inforoute régionale de l'Abitibi-Témiscamingue (GIRAT), qui laisse peu de place à la libre concurrence, dit-elle.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Claude Thibault critique le projet du GIRAT

Claude Thibault se dit dérangée par le fait que le GIRAT ait monté son projet avec un télécommunicateur privé, nommément Télébec. Selon elle, il s'agit d'un frein à la libre concurrence et à la venue d'autres télécommunicateurs sur le territoire.

Le GIRAT dément la position de Claude Thibault

Pour le président du GIRAT, cette information n'est pas tout à fait exacte. Louis Dallaire rappelle d'abord que dans le projet qui a été soumis à Ottawa dans le cadre du programme « Un Canada branché », le GIRAT demeurait propriétaire des 34 tours de télécommunications à ériger pour couvrir l'ensemble du territoire régional ainsi que la route 117 dans la réserve faunique La Vérendrye et la route entre Amos et Matagami.

Cela permettait selon lui aux câblodistributeurs de négocier avec un groupe neutre. Le projet donnait donc les mêmes chances à tous les joueurs de desservir les consommateurs, selon Louis Dallaire, en plus de permettre aux municipalités et autres services d'urgence d'utiliser le réseau pour des impératifs de sécurité.

La gestion de Christine Moore écorchée au passage

La candidate libérale a profité de sa sortie pour décocher une flèche à la députée sortante Christine Moore à propos de sa gestion du dossier.

Piquée au vif, Christine Moore dit avoir suivi l'élaboration du projet avant qu'il ne soit déposé, en janvier dernier, notamment avec l'aide de son collègue dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Romeo Saganash. Elle l'a aussi défendu à la Chambre des communes après que le gouvernement eut rejeté le projet du GIRAT. Christine Moore dit aussi en avoir discuté avec le ministre.

Quel avenir pour le projet du GIRAT?

Le gouvernement a effectivement signifié son refus au projet du GIRAT. La mobilisation demeure toutefois très forte dans la région. Souvenons-nous que le projet était passé par les municipalités régionales de comté pour prendre le pouls des cinq pôles de la région. Toutes les MRC, à l'exception d'Abitibi-Est, s'étaient engagées financièrement dans le projet.

Plus récemment, on observe un mouvement d'appui au niveau municipal. La Ville d'Amos a adopté une résolution pour appuyer le projet. La Ville de Val-d'Or a posé le même geste à la dernière séance du conseil municipal cette semaine.

Louis Dallaire du GIRAT assure que le projet continuera d'être mis de l'avant au cours des prochains mois.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine