Le sous-sol de Rouyn-Noranda est composé de roc et d'argile. Depuis des années, cette composition donne du fil à retordre aux ingénieurs qui font la conception des routes. La Ville de Rouyn-Noranda a toutefois mis au point une technique qui augmente la durée de vie des rues avec l'installation de panneaux isolants.

Un texte de Piel Côté

À son arrivée à la Ville de Rouyn-Noranda en 2009, l'actuel directeur ingénierie, Pierre Moses, a voulu corriger la situation.

Depuis 2010, on installe donc sous la route des panneaux isolants de polystyrène expansé. Un produit de 32 millimètres, soit moins d'un pouce et demi, qui sert aussi à isoler les habitations.

« C'est entre 10 et 20 % plus dispendieux, mais on pense qu'on va doubler la durée entre les interventions de pavage et ça, ça représente le gros coût des interventions de voirie », indique M. Moses.

Certaines rues ayant été pavées sans panneaux isolants auront bientôt besoin d'interventions, alors que les rues réalisées après 2010 sont encore pratiquement sans fissure.

La rue Trémoy en est un bel exemple. Le secteur pavé entre la 10e et la 9e rue est dans un excellent état. L'autre secteur de la rue Trémoy, celui qui longe le lac Osisko, est aujourd'hui parsemé de petits nids-de-poule.

Une technique qui a fait ses preuves

Après huit hivers, le directeur des travaux publics et services techniques, Réjean Lesage, peut donc dire que cette technique a fait ses preuves, surtout en considérant le pourcentage d'eau contenu dans l'argile.

« À 70 % en eau, quand ça gèle, on sait ce que ça fait parce qu'on a tous déjà mis des glaçons dans le congélateur. Ça gonfle et on se retrouvait avec des déplacements et des déformations de chaussées qui allaient jusqu'à 150 ou 200 millimètres », affirme M. Lesage.

Cette technique n'est pas exlusive à Rouyn-Noranda, mais elle est très peu utilisée ailleurs au Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces