Retour

Joël Lacoursière, de Rouyn-Noranda, écope de 12 mois d'emprisonnement dans la collectivité

Joël Lacoursière, ancien directeur de la Maison l'Envol et de la Corporation de la bibliothèque de Rouyn-Noranda, écope de 12 mois d'emprisonnement à purger dans la collectivité.

Avec les informations de Vanessa Limage

La sentence est tombée, vendredi matin, au Palais de justice de Rouyn-Noranda.

Joël Lacoursière a été reconnu coupable de fabrication de faux, soit une fausse facture de 1300 $.

Il avait aussi volé plus de 24 000 $à la Maison de soins palliatifs l'Envol. La présidente au moment des faits, Annie Simard, croit que l'organisme peut maintenant tourner la page. « Ça été très difficile, on peut dire que c'est quelques années d'enfer qui se terminent et tant mieux. Autant pour les gens de la Maison que pour moi. Le remboursement des sommes, tant mieux il a été fait. Mais on ne prend jamais des sommes qui ne nous appartiennent pas », a-t-elle réagi. 

Monsieur Lacoursière s'était également accaparé une somme plus de 29 000 $ de la Corporation de la bibliothèque de Rouyn-Noranda.

La sentence de Joël Lacoursière est le fruit d'une suggestion commune entre le procureur de la couronne et l'avocat de la défense.

Le procureur de la couronne, Me Marc-André Roy, précise également qu'une interdiction a été ajoutée à la sentence de M. Lacoursière. « C'est une interdiction qui empêche l'accusé d'occuper un emploi ou une fonction bénévole dans lequel il serait appelé à exercer un pouvoir sur des sommes d'argent, des valeurs immobilières, des valeurs mobilières qui appartiennent à autrui, et ça, pour une période d'un an dans le cadre de la relance du sursis, également, par la suite, pour une période de deux ans dans le cadre de la relance de probation », explique-t-il. 

Joël Lacoursière avait plaidé coupable aux accusations de vols et de fabrication de faux ce qui avait évité la tenue d'un procès.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine