La huitième journée du procès de Justin Bresaw s'est amorcée ce matin au Palais de justice de Val-d'Or. L'avocate de la défense Me Julie Bolduc a fait entendre une psychologue américaine qui a rencontré l'accusé à quelques reprises. Le tribunal doit se prononcer sur la responsabilité criminelle de Justin Bresaw qui est accusé de triple meurtre survenu à Amos en septembre 2012.

Avec les informations de Sandra Ataman

L'avocate de la défense, Me Julie Bolduc, a appelé à la barre une psychologue de la Floride qui a rencontré Justin Bresaw à trois reprises alors qu'il était incarcéré aux États-Unis. L'accusé était coopératif, et parlait de façon volontaire, dit-elle.

Justin Bresaw lui aurait expliqué qu'il était manipulé par des télépathes qui contrôlaient ses pensées. Il associait ses maux physiques comme des maux de tête aux pouvoirs des télépathes. Il croyait que même sa mère était une télépathe.

Selon la psychologue américaine, Justin Bresaw rempli les critères d'une personne schizophrène de type paranoïaque. La psychologue a aussi commenté deux tests américains qu'a passé l'accusé. Un de ces tests est utilisé pour dépister si un individu simule. Un résultat de 6 et plus indique que d'autres examens devraient être effectués pour éliminer les risques de simulation. Justin Bresaw a obtenu une note de 7.

Ce résultat a interpellé l'avocat de la couronne qui a demandé à la psychologue si ce score doit lever un drapeau rouge. Elle a répondu par l'affirmative, mais elle a aussi souligné avoir passé plus de 6 heures avec l'accusé.

La psychologue est également d'accord avec la couronne qu'une personne ne peut entrer instantanément en psychose, alors que c'est ce qu'a prétendu Justin Bresaw lors de son témoignage.

Elle a également ajouté que lors de leurs rencontres, Justin Bresaw ne parlait pas de psychose mais d'une influence par des télépathes.

La mère de Justin Bresaw a été entendue au cours de l'après-midi. Elle a d'abord parlé de l'adolescence difficile de son fils. Elle a expliqué qu'il se passionnait pour le jeu de rôle Donjon et Dragon. Sa passion est devenue une fascination. Il y passait tout son temps. Il ne dormait pas la nuit. Il ne prenait pas le temps d'étudier.

Il a quitté l'école à 16 ans. Cette fascination était une source de conflit avec ses parents. Et selon sa mère, elle est une des causes de la séparation de Justin avec sa femme. Il y investissait tout son argent.

Selon sa mère, il craignait les gens. Il croyait fermement à des histoires de sciences fictions comme Star Trek. Il a ajouté qu'il croyait qu'il avait des habiletés supérieures, qu'il lisait dans les pensées par exemple. Sa mère a expliqué qu'elle a voulu l'aider à plusieurs reprises, qu'elle voyait qu'il n'agissait pas normalement.

Ensuite, l'expert psychiatre, le Dr Pierre Gagné a été appelé à la barre. Il a rencontré pour la première fois Justin Bresaw en novembre 2012 alors qu'il était incarcéré aux États-Unis. Le docteur a ensuite raconté aux jurés les antécédents médicaux de Justin Bresaw, le nombre de fois qu'il a consulté différents médecins, depuis 2003, dans les urgences, par exemple.

Le témoignage du Dr Gagné va se poursuivre lundi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine