Retour

Justin Bresaw admet être responsable de l'incendie à la suite duquel trois personnes ont été retrouvées mortes

Le procès de Justin Bresaw se poursuit au palais de justice de Val-d'Or. L'homme est accusé de meurtre au premier degré de René Deschâtelets et de sa conjointe Diane Duhaime. Il est aussi accusé du meurtre au 2e degré de Jean-Guy Labelle. Les accusations d'incendie criminels ont été abandonnées. L'accusé admet qu'il est responsable de l'incendie à la suite duquel trois perspnnes ont été retrouvées mortes le 17 septembre 2012 à Amos. Le jury devra déterminer s'il est criminellement responsable.

Avec les informations de Sandra Ataman

Tout d'abord, le procureur de la Couronne, Me Thierry Potvin, a fait entendre un homme qui était, à l'époque du drame, locataire dans la maison incendiée. Il louait une chambre au sous-sol. Les deux autres locataires au moment des événements étaient Jean-Guy Labelle, une des victimes de l'incendie et l'accusé Justin Bresaw. Le témoin a indiqué à la Cour que la nuit précédant l'incendie, il a entendu l'accusé cuisiner et écouter de la musique, et ce vers 3 h le matin.

Ensuite, durant la journée du 17 septembre, soit le jour de l'incendie, le témoin a rencontré la propriétaire de la maison, Diane Duhaime, pour lui faire part d'un problème relevé par les locataires, c'est-à-dire la malpropreté des lieux et l'insalubrité de la cuisine, par exemple, causée, selon le témoin, par l'accusé Justin Bresaw.

Les jurés ont aussi entendu le technicien en scène d'incendie. Selon le témoignage de l'expert, il y aurait eu une déflagration suivie d'un incendie. Il a expliqué que des traces d'accélérant ont été retrouvé au sous-sol et au premier niveau. Il a aussi expliqué que le rond allumé de la cuisinière serait à l'origine de la déflagration.

Les témoignages se poursuivent au palais de justice de Val-d'Or.

Plus d'articles

Commentaires