Retour

L'Abitibi-Témiscamingue en pénurie de logements sociaux selon le FRAPRU

L'Abitibi-Témiscamingue est en pénurie de logement social selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). L'organisme est présentement en tournée au Québec pour donner la parole aux locataires quant aux besoins en logements sociaux. Une consultation s'est tenue hier (mardi) à Rouyn-Noranda.

Un texte de Félix B. Desfossés, d'après une entrevue de David Chabot

À lire aussi :25 logements sociaux supplémentaires à Rouyn-Noranda

Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU, affirme que des locataires qui ont témoigné hier ont fait état d’abus de pouvoir perpétrés à leur endroit par des propriétaires.

« À Rouyn-Noranda, c’est vraiment la situation des locataires pauvres qui ressort, les abus de pouvoir vécus par ces locataires-là, du harcèlement. On a des locataires qui voient leurs propriétaires entrer dans leur logement sans leur approbation, donc, des locataires qui doivent mettre des pièges pour savoir si quelqu’un entre dans leur logement, des locataires qui se font débrancher l’électricité en signe de représailles sans qu’aucun jugement de la régie n’ait été rendu », relate-t-elle.

Mme Laflamme souligne que les Nations Unies considèrent que le Canada et le Québec sont en situation de pénurie de logements sociaux. Cette situation serait d’ailleurs pire en Abitibi-Témiscamingue qu’ailleurs au pays.

« Au Québec, il y a 11 % du parc de logements locatifs qui est du logement social, dit-elle. C’est insuffisant. L’ONU parle de pénurie de logements sociaux au Québec et au Canada. En Abitibi-Témiscamingue, c’est un petit peu plus de 7 %, donc, encore moins que dans l’ensemble de la province. Il n’y a pas d’alternatives pour les locataires pauvres et ces logements sociaux sont encore plus difficiles à construire ici qu’ailleurs parce que les enveloppes qui facilitent le développement du logement social dans les régions éloignées, sous le programme Accès-Logis, ont été coupées avec les politiques d’austérité notamment, et déjà, ce programme-là n’a pas été indexé depuis 2009. »

Cette consultation du FRAPRU survient alors qu’une Stratégie canadienne sur le logement sera bientôt déposée à Ottawa par le gouvernement Trudeau. Le FRAPRU et l’ONU demandent au gouvernement que le droit au logement soit reconnu dans cette stratégie.

Plus d'articles

Commentaires