Retour

L'Abitibi-Témiscamingue fait face à un défi de main-d'oeuvre, observe le ministre François Blais

Malgré des indicateurs économiques favorables et des projets porteurs du point de vue économique, l'Abitibi-Témiscamingue fait face à un important défi de main-d'oeuvre qui pourrait nuire à son développement économique. C'est ce que retient le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, qui rencontrait ce matin les membres du conseil régional des partenaires du marché de la région afin de préparer son rendez-vous national sur la main-d'oeuvre qui doit avoir lieu cet automne.

Selon lui, plusieurs pistes d'action s'offrent cependant à l'Abitibi-Témiscamingue pour répondre au défi de la main-d'oeuvre. Il cite notamment le renforcement de l'adéquation entre la formation et l'emploi, ainsi que l'assurance que tous les groupes de travailleurs puissent trouver un emploi, incluant les travailleurs plus âgés ou les Autochtones, par exemple.

François Blais mentionne aussi que comme dans plusieurs régions du Québec, la disponibilité d'une offre de programmes de formation variés est aussi une piste de solution.

« Il faut s'assurer qu'à tout moment, la meilleure formation soit disponible dans la région. On parlait beaucoup ce matin d'offre de formation. Il y a des besoins en formation qu'on ne réussit pas nécessairement à combler parce que l'offre ne se fait pas, les cohortes sont trop petites pour démarrer, donc, il y a vraiment un enjeu au niveau des formations plus spécialisées et de permettre qu'elles puissent démarrer, même avec des cohortes un peu plus faibles », note-t-il.

Écoutez l'entrevue complète avec le ministre François Blais à l'émission Région zéro 8 ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine