Retour

L'Abitibi-Témiscamingue implore le fédéral de reconnaître le caractère « essentiel » des services de télécommunications

La MRC de Témiscamingue veut que le gouvernement fédéral assure un accès à Internet haute vitesse et au signal cellulaire dans la région, des services qu'elle qualifie « d'essentiels ». Elle a d'ailleurs envoyé un mémoire qui défend cette position au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) au nom des cinq MRC de l'Abitibi-Témiscamingue.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Dans son mémoire, la MRC explique les difficultés d'accès à Internet en région. Elle demande également à Ottawa de financer le projet de tours pour l'Internet mobile de la corporation de Gestion de l'inforoute régionale de l'Abitibi-Témiscamingue (GIRAT), qui vise la construction de 34 tours de télécommunications pour assurer une couverture dans l'ensemble de la région.

Un service essentiel, selon la MRC

« On ne demande pas d'argent, on demande au gouvernement de prendre ses responsabilités, a lancé le préfet Arnaud Warolin. C'est un service essentiel, au gouvernement de regarder comment il va offrir le service avec nous, avec des privés, en mettant soit des lois, soit en nous aidant financièrement. »

En 2015, le gouvernement fédéral avait refusé de financer le projet du GIRAT, au coût de 21 millions de dollars.

Insatisfaite de la décision du gouvernement, la Table des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue avait également écrit, fin 2015, au ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, ainsi qu'à son homologue provincial Jacques Daoust, qui était alors ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations. Les préfets et le président du GIRAT, Louis Dallaire, sollicitaient alors une rencontre « afin de présenter de façon adéquate le projet touchant le développement d'Internet mobile et du cellulaire en Abitibi-Témiscamingue ».

Plus d'articles