Retour

L'Abitibi-Témiscamingue se tourne vers l'étranger pour recruter des infirmières, au grand dam de la FIQ

Une dizaine d'infirmières originaires de la France viendront travailler en Abitibi-Témiscamingue au cours de la prochaine année, a indiqué le Centre intégré de santé et des services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) lors la séance publique de son conseil d'administration tenue jeudi soir à Malartic, à la grande surprise de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) qui soutient que les emplois de ses membres issues de la région devraient d'abord être consolidés.

Le CISSS-AT participe aussi à un programme de recrutement à l'étranger. Une quinzaine d'infirmières étrangères viendront ainsi effectuer un stage dans les hôpitaux de la région dès l'an prochain.

« On croit que c'est important, on a besoin de renflouer de façon substantielle le nombre de postes d'infirmières, indique le président-directeur général du CISSS-AT, Jacques Boissonneault. Bien sûr le recrutement est une option. »

La FIQ accuse le CISSS de mettre la charrue devant les boeufs

La Fédération interprofessionnelle de la santé, la FIQ, est surprise de cette annonce. Selon le conseiller syndical de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue Frédérique Beauchamp, le programme Recrutement Santé Québec prévoit que les gestionnaires du réseau de la santé s'entendent d'abord avec les syndicats quant au recrutement. Il souligne que les discussions en ce sens n'ont pas été complétées.

M. Beauchamp ajoute qu'il serait souhaitable de consolider les emplois des infirmières de la région avant de se tourner vers l'étranger, surtout considérant la fermeture d'une centaine de lits prévue par le CISSS-AT

« Ce qu'on dit, c'est que la pénurie est présentement entre guillemets parce que le réseau est tellement appelé à changer dans les prochains mois, fait valoir M. Beauchamp. Asseyons-nous, on n'insistera jamais assez, ensemble, pour faire les travaux requis, voir le temps supplémentaire, la main-d'oeuvre indépendante, la gestion des horaires, etc. Et par la suite, on définira des besoins. »

Plus d'articles