Retour

L'actualité de la semaine en Abitibi-Témiscamingue

L'équipe de Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue vous propose quelques nouvelles et entrevues qui ont marqué la semaine.

1-Des propriétaires excédés de voir des motoneiges sur leur terrain sans autorisation

Des propriétaires de terres privées en ont assez de voir des motoneigistes délinquants circuler sur leurs propriétés sans autorisation. Une jeune famille de Rapide-Danseur affirme avoir été insultée et même menacée par l'un d'entre eux lorsqu'ils ont tenté d'interpeller l'un de ces motoneigistes. Jenny Bouchard, de Rapide-Danseur, a dénoncé sur Facebook la situation dont sa famille a été victime.

2-Parc Opémican : le gouvernement va de l'avant, mais les communautés autochtones veulent mieux connaître leur rôle

Le gouvernement du Québec a annoncé, lundi, l'octroi d'un budget de 36 millions de dollars pour la mise en valeur du parc Opémican, lors d'un point de presse du ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, Luc Blanchette, à Témiscaming.

Lire aussi: Parc Opémican : Gilles Chapadeau accuse Luc Blanchette de faire du « recyclage d'annonce »

3-Affaire Léo Boulet: Fin d'une histoire médiatisée

Une page s'est tournée cette semaine au Palais de justice de Rouyn-Noranda, avec un dénouement dans le dossier du vol qualifié survenu à l'Épicerie Léo, le 20 janvier 2015. Retour détaillé sur les événements.

4-Dernier hommage à Thierry LeRoux à Val-d'Or

Plusieurs dizaines de personnes se sont déplacées aux Maisons funéraires Blais de Val-d'Or, dimanche et lundi, pour rendre hommage au policier Thierry LeRoux, mort en service à Lac-Simon le 13 février.

Entrevues inspirantes...

5-Rencontre avec Marie-Ève Bordeleau, une avocate « par et pour les Autochtones »

Me Marie-Ève Bordeleau est avocate. Native de Senneterre, membre de la Nation Crie de Waswanipi, elle applique sa pratique du droit avec la philosophie « par et pour les Autochtones. »

6-Aimé Pingi d'Amos : un exemple d'intégration et d'implication sociale

Aimé Pingi, Congolais d'origine, s'est installé à Amos il y a 8 ans. Chimiste de formation, spécialisé dans l'analyse de l'eau, il a choisi la ville d'Amos parce que « la meilleure eau [s'y] retrouve! », dit-il d'un ton amusé. M. Pingi est un exemple même d'intégration et d'implication sociale. Vanessa Limage l'a rencontré.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards