Retour

L'agrile du frêne aux portes de l'Abitibi-Témiscamingue?

L'agrile du frêne, un petit insecte qui fait bien des dégâts dans les forêts d'Amérique du Nord, s'approche de l'Abitibi-Témiscamingue, alors que la limite sud de sa distribution se trouve dans les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et du Pontiac.

Dans la province voisine, Nipissing et Renfrew, qui bordent le Témiscamingue, sont aussi des zones réglementées par l'Agence canadienne des aliments (ACIA) pour l'agrile du frêne, un insecte apparu au pays au tournant des années 2000 et qui s'attaque à toutes les espèces de frênes.

En vertu du plan de gestion gouvernemental, qui vise à limiter le mouvement des matières potentiellement infestées, « toute personne qui déplace des matières réglementées hors des régions assujetties à la réglementation sans l'autorisation préalable de l'ACIA s'expose à une amende ou à des poursuites judiciaires ».

Invité à l'émission Des matins en or, le spécialiste de l'agrile du frêne et du confinement des biorisques à l'Agence canadienne d'inspection des aliments Hugo Fréchette explique que l'insecte n'a pas encore été répertorié en Abitibi-Témiscamingue.

« Pour l'instant, l'Abitibi, Rouyn-Noranda, Vallée-de-l'Or, ne semblent pas encore atteints, hormis peut-être le Témiscamingue, qui dans sa partie sud présente énormément de frênes et de frênaies, fait valoir le spécialiste. La partie plus au nord semble beaucoup moins populeuse en termes de frênes. Donc les risques réels sont probablement plus limités du moins pour les zones sauvages. Pour ce qui est des zones urbaines, ça dépend si les municipalités ont planté beaucoup de frênes, [mais] les municipalités de votre région ont tout avantage à s'y préparer. »

Plus d'articles

Commentaires