Retour

L'ancien propriétaire du Red Light de Val-d’Or reconnu coupable d’agression sexuelle

Le propriétaire de l'ancien bar de danseuses le Red Light de Val-d'Or René Moreau, 55 ans, est reconnu coupable d'agression sexuelle. Le juge Jean Bécu a rendu sa décision au terme du procès qui s'est tenu jeudi, au Palais de justice de Val-d'Or. La sentence de René Moreau sera connue ce vendredi.

Le 8 mai 2015, la victime commençait un nouveau travail au bar le Red Light de Val-d'Or. Elle a expliqué au tribunal qu'à la fin de son quart de travail, vers 2h30 du matin, René Moreau a tenté de l'embrasser dans son bureau.

Il l'a ensuite forcé à lui faire une fellation. Selon le témoignage de la victime, René Moreau était visiblement en état d'ébriété.Témoignage de l’accuséAppelé à la barre par la défense, René Moreau a affirmé avoir sollicité un acte sexuel en échange de cocaïne, une demande de la victime, qui était consentante, a-t-il expliqué. Il a avoué avoir consommé six « lignes » de cocaïne ainsi qu’une douzaine de bières durant la soirée.Le juge Jean Bécu n'a toutefois pas cru la version de l'accusé. « Le tribunal a l'impression d'avoir entendu une histoire faite de toutes pièces et cousu de fil blanc », a précisé le juge. Il a aussi mis en doute la mémoire de l'accusé et la précision de son témoignage compte tenu de sa grande consommation de drogue et d'alcool durant la soirée.La Couronne satisfaiteLa procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Andrée-Anne Gagnon, espère que cette décision encouragera d'autres femmes à porter plainte.

C'est certain qu'un verdict de culpabilité pour un dossier comme celui-là, dans le contexte dans lequel ça a eu lieu, ça peut parfois motiver certaines femmes à divulguer si elles ont elles-mêmes ont été victime d’un crime de cette nature.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Andrée-Anne Gagnon

Elle ajoute que cette victoire est aussi importante parce qu'il s'agit d'un crime sexuel commis dans un contexte particulier du milieu des bars. « J’espère que ça va effectivement motiver les femmes qui ont vécu quelque chose du genre à dénoncer », soutient-elle.

L'avocat de la défense, Me Pascal Jolicoeur, a refusé de commenter. Son client est passible d'une peine maximale de 10 ans de prison.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine