Retour

L'Association de l'exploration minière du Québec suit de près le dossier de Copper One

L'Association de l'exploration minière du Québec compte suivre de près les développements dans le dossier de la minière Copper One. Jeudi, la compagnie annonçait vouloir faire appel de la décision du gouvernement du Québec de suspendre ses claims d'exploration dans le lac Barrière.

Le 26 janvier dernier, les Algonquins de Lac Barrière dénonçaient le gouvernement du Québec qui, selon eux, ne les a pas consultés quand il a décidé d'accorder à nouveau des titres miniers à l'entreprise Copper One.

Le président-directeur général de Cooper One, Scott Moore, affirme qu'il y aura des impacts économiques à la suspension de ses claims miniers. Les gens de la compagnie qui vivent à Val-d'Or pourraient perdre leurs emplois et les sous-traitants seront aussi touchés.

La directrice générale de l'Association de l'exploration minière du Québec, Valérie Fillion, croit, en effet, que les impacts sont importants pour les compagnies d'exploration lorsque de telles situations se produisent.

« Tu décides de faire un projet d'exploration, une fois que tu as réussi à avoir ton financement, tu donnes des contrats de forage ou d'échantillonnage, dit-elle. Si [on t'empêche] de faire tes travaux, il faut que tu gères tes fournisseurs de service, s'il y a des travailleurs qui étaient [recrutés], ils n’y vont plus, c'est sûr que ça implique un réaménagement, c'est ce qu'il faut voir, tout le monde est dépendant après ça, c'est comme une chaine. »

Elle convient que la situation est complexe, mais rappelle que les investisseurs n'aiment pas l'incertitude.

Selon l'entreprise Copper One, la décision du gouvernement sera annulée en appel par la Cour du Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde