Retour

L'association des étudiants de l'UQAT condamne les événements de l'Université Laval

L'Association générale des étudiants de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (AGEUQAT) condamne les événements survenus à l'Université Laval la fin de semaine dernière. La police de Québec enquête sur 15 plaintes d'intrusion et d'agression à caractère sexuel dans ces résidences. L'AGEUQAT adhère d'ailleurs à la campagne « Sans oui, c'est non ! », qui vise la prévention des violences à caractère sexuel.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

« On ne peut pas accepter un comportement comme ça. On peut le décrier. On condamne complètement un tel type de comportement. Dans le milieu universitaire et dans n'importe quel autre milieu social, c'est complètement inacceptable. Il faut dénoncer ce comportement-là, c'est aussi ce que « Sans oui, c'est non! » veut démontrer, par exemple avec du soutien aux victimes, former des témoins actifs et décrier ce comportement-là », affirme le vice-président et responsable des affaires externes et des communications de l'AGEUQAT, Cédric Poirier.

En novembre, une journée de formation destinée à des membres du personnel de l'université et de l'association étudiante doit d'ailleurs être réalisée en collaboration avec le centre d'aide et de prévention des agressions à caractère sexuel le Point d'appui.

Plus tôt cette semaine, la directrice des services aux étudiants de l'UQAT avait mentionné que la seule plainte pour agression sexuelle avec laquelle l'université a dû transiger au cours des six dernières années a résulté en la suspension de l'agresseur pour deux ans.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque