Retour

L'aventurier Jacob Racine s'attaque à la Gaspésie!

L'Abitibien Jacob Racine se prépare pour une nouvelle aventure, celle de traverser la péninsule de la Gaspésie d'un bout à l'autre, à la manière d'une randonnée de brousse.

Un texte d'Émilie Parent-Bouchard d'après une entrevue de Félix B. Desfossés

Accompagné d'un autre aventurier d'expérience, Daniel Barriault, celui qui a déjà parcouru les 2000 kilomètres entre Montréal et Kuujjuaq en ski de fond, entend parcourir les 300 kilomètres qui séparent Sainte-Flavie de Gaspé en dix jours.

Au-delà de l'épreuve physique de parcourir une trentaine de kilomètres par jour, le duo d'aventuriers ajoute un degré de difficulté : il le fera en ligne droite. Sur le chemin, le massif des Chic-Chocs, un douzaine de rivières et deux pépinières de mouches noires!

Joint à Trois-Pistoles alors qu'il se préparait à un tournage de l'émission Expédition Extrême sur la rivière Matawin au nord de Shawinigan, Jacob Racine explique qu'il a eu l'idée de cette nouvelle expédition un peu « par hasard » après qu'un collègue lui ait demandé des conseils pour une aventure de plein air à réaliser au Québec.

« Un collègue sur le show de télé où je travaille me demandait de lui trouver une idée qu'il pouvait faire parce qu'il avait envie de se lancer dans l'aventure, explique celui qui s'occupe de logistique et de sécurité pour l'émission diffusée sur les ondes de Z Télé. Je lui ai dit qu'il pourrait traverser la Gaspésie d'est en ouest en ligne droite, sans dévier d'aucun obstacle », poursuit-il, précisant que de fil en aiguille, il s'est greffé au projet dont le départ sera donné la semaine prochaine.

« Bush walking »

Les aventuriers marcheront donc à un rythme de un ou deux kilomètres-heure, à raison de 12 à 14 heures par jour. Armés de leur boussole, ils tâcheront de s'exécuter en déviant le moins possible de leur trajectoire malgré un parcours semé d'embûches dont le dénivelé est estimé à 4000 mètres. Les amateurs de plein air qui réfèrent à ce type de randonnée parlent de « bush walking ».

« L'objectif de ça, disons qu'on se retrouve dans une situation x ou y, devant une montagne, un ravin, une rivière, notre cerveau doit se mettre en mode solution. Donc, qu'est-ce qu'on peut faire au niveau stratégique pour trouver le moyen de passer, de monter ou de descendre ce ravin-là sans se blesser. C'est de toujours être aux aguets de ce que la nature nous offre. »

« La récompense ultime, ça va être de découvrir le rocher Percé, la mer qui va s'étendre devant nous et de savourer », conclut Jacob Racine, déjà enthousiaste à l'idée de respirer l'air du large.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine